Accueil Belgique Politique

Démission de Kris Van Dijck: le 11 juillet désastreux de la N-VA

Le président du parlement flamand est accusé d’avoir fait jouer ses relations pour entretenir sa maîtresse. Il avait déjà choqué en début de semaine après avoir été arrêté pour conduite en état d’ivresse.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il est presque midi à l’horloge de la Grand-place de Bruxelles en ce 11 juillet, jour de fête de la communauté flamande. Dans la salle gothique surchauffée, Kris Van Dijck (N-VA), président du parlement flamand, entame fièrement la dernière partie de son discours. L’homme ne cache pas son bonheur depuis le début de la matinée, n’hésitant pas à offrir des câlins à l’entrée à tous ceux qui en profitent pour le féliciter. Car à 55 ans, le nationaliste qui affiche plus de deux décennies de présence au parlement, réalise son rêve : incarner la Flandre en cette journée tellement importante, encore plus pour ceux qui rêvent de son indépendance.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs