Affaire Weinstein: le procès aura lieu le 9 septembre

Affaire Weinstein: le procès aura lieu le 9 septembre

Un juge de New York a entériné jeudi le changement d’avocats du producteur déchu Harvey Weinstein, qui a ainsi renouvelé sa défense pour la seconde fois à deux mois de son procès pour agressions sexuelles, dont l’ouverture a été confirmée au 9 septembre.

Interrogé par le juge James Burke, Harvey Weinstein, vêtu d’un costume et portant cravate, a confirmé d’un «oui» qu’il souhaitait remplacer Jose Baez par Damon Cheronis et Donna Rotunno, deux avocats de Chicago.

Après avoir engagé initialement Benjamin Brafman, ténor du barreau new-yorkais parvenu à faire tomber des pans entiers de l’accusation, Harvey Weinstein lui avait préféré Jose Baez et Ronald Sullivan (qui s’était déjà retiré en mai), avant de procéder à un nouveau changement.

Selon plusieurs médias américains, le co-créateur des studios Miramax et The Weinstein Company aurait plusieurs fois revu sa stratégie de défense et souhaitait cette fois placer une femme à la tête de son équipe, pour faire meilleure impression sur le jury dans un dossier d’agressions sexuelles.

Harvey Weinstein est poursuivi pour deux agressions distinctes sur deux femmes différentes, un viol présumé en 2013 et une fellation forcée en 2006.

«Je pense que ce type d’affaires nécessite d’avoir les bons avocats», a déclaré Donna Rotunno à la sortie du tribunal, situé au sud de Manhattan. «Je pense qu’avoir une femme dans cette situation pourrait faire une différence».

« L’agitation a pris le dessus »

Connue pour avoir défendu plusieurs hommes accusés d’agressions sexuelles, l’ancienne procureure a tout de suite donné le ton en tenant un discours très offensif au soutien de son nouveau client.

«Je pense qu’il a été entraîné» dans le tourbillon du mouvement #MeToo, a-t-elle estimé. «Les mouvements permettent aux émotions de prendre le dessus, sans faits ou preuves».

«Dans ce dossier, l’agitation a pris le dessus et on a oublié le sens commun», a-t-elle martelé. «Nous espérons qu’avec le procès, la présentation de preuves (disculpant son client) et l’audition de témoins, nous allons entendre l’autre version de l’histoire».

Elle a évoqué «de nombreuses conversations et messages électroniques», vraisemblablement entre l’accusé et les victimes présumées, «qui vous amèneront à penser que les faits rapportés jusqu’ici ne sont qu’une partie de l’histoire».

Gloria Allred, avocate d’une des deux victimes présumées --Mimi Haleyi, qui accuse M. Weinstein de l’avoir agressée en 2006--, a rappelé jeudi que Bill Cosby s’était assuré, lui aussi, les services d’une avocate lors de son second procès, mais qu’il avait néanmoins été condamné.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite