Coalition wallonne: «La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB», estime Paul Magnette

Coalition wallonne: «La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB», estime Paul Magnette

Contrairement au PTB, le cdH n’est pas un parti qui fuit ses responsabilités. Son attitude est compréhensible après le résultat électoral qu’il a enregistré, a affirmé jeudi soir le chef de file wallon du PS, Paul Magnette, sur le plateau de l’émission « Jeudi en prime » (La Une).

> Coalition wallonne : le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Après le refus des humanistes d’engager des pourparlers avec le PS et Ecolo pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles, le co-président d’Ecolo, Jean-Marc Nollet s’en est pris jeudi, lors d’interviews matinales en radio, au cdH qu’il accuse de « se regarder le nombril alors que la planète brûle ». Le président du cdH, Maxime Prévot, a répliqué en jugeant ces propos « pétris de mépris et d’arrogance à notre égard, comme souvent de sa part ». M. Prévot estime que le cdH « assume sa défaite ».

Paul Magnette a quant à lui dit comprendre le cdH, « un parti qui ne fuit pas ses responsabilités… La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB qui a tout promis, mais n’a voulu discuter à aucun moment », alors que « les gens ont cru qu’avec ce parti, on aurait un gouvernement de gauche », a-t-il rebondi.

Pas de discussion avec la N-VA

M. Magnette n’a par ailleurs pas caché que l’ouverture des discussions avec le MR se déroulait au stade actuel « dans une ambiance pas très chaleureuse ». Il a répété qu’en raison du poids électoral qu’ils représentent ensemble, et des points sur lesquels PS et Ecolo sont d’accord, avec l’appui de la société civile, les discussions ne repartiraient pas d’une page blanche. « Nos propositions partagées doivent se retrouver dans un programme », a-t-il souligné.

Enfin, selon lui, le refus du PS de discuter avec la N-VA au niveau fédéral tient à l’exclusive posée par la formation nationaliste à l’égard du PS (ndlr : si c’est pour aller avec le PS au gouvernement, c’est pour passer au confédéralisme). « Je ne veux pas discuter du confédéralisme avec la N-VA. Cela signifierait la disparition de la Région bruxelloise et qu’il n’y aurait plus de sécurité sociale… Il n’y a aucune raison que ce soit cette formation qui dicte son programme. Nous voulons discuter des thèmes sociaux », a dit Paul Magnette à ce propos.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite