Accueil

Coalition wallonne: «La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB», estime Paul Magnette

Paul Magnette n’a par ailleurs pas caché que l’ouverture des discussions avec le MR se déroulait « dans une ambiance pas très chaleureuse ».

Temps de lecture: 2 min

Contrairement au PTB, le cdH n’est pas un parti qui fuit ses responsabilités. Son attitude est compréhensible après le résultat électoral qu’il a enregistré, a affirmé jeudi soir le chef de file wallon du PS, Paul Magnette, sur le plateau de l’émission « Jeudi en prime » (La Une).

> Coalition wallonne : le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Après le refus des humanistes d’engager des pourparlers avec le PS et Ecolo pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles, le co-président d’Ecolo, Jean-Marc Nollet s’en est pris jeudi, lors d’interviews matinales en radio, au cdH qu’il accuse de « se regarder le nombril alors que la planète brûle ». Le président du cdH, Maxime Prévot, a répliqué en jugeant ces propos « pétris de mépris et d’arrogance à notre égard, comme souvent de sa part ». M. Prévot estime que le cdH « assume sa défaite ».

Paul Magnette a quant à lui dit comprendre le cdH, « un parti qui ne fuit pas ses responsabilités… La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB qui a tout promis, mais n’a voulu discuter à aucun moment », alors que « les gens ont cru qu’avec ce parti, on aurait un gouvernement de gauche », a-t-il rebondi.

Pas de discussion avec la N-VA

M. Magnette n’a par ailleurs pas caché que l’ouverture des discussions avec le MR se déroulait au stade actuel « dans une ambiance pas très chaleureuse ». Il a répété qu’en raison du poids électoral qu’ils représentent ensemble, et des points sur lesquels PS et Ecolo sont d’accord, avec l’appui de la société civile, les discussions ne repartiraient pas d’une page blanche. « Nos propositions partagées doivent se retrouver dans un programme », a-t-il souligné.

Enfin, selon lui, le refus du PS de discuter avec la N-VA au niveau fédéral tient à l’exclusive posée par la formation nationaliste à l’égard du PS (ndlr : si c’est pour aller avec le PS au gouvernement, c’est pour passer au confédéralisme). « Je ne veux pas discuter du confédéralisme avec la N-VA. Cela signifierait la disparition de la Région bruxelloise et qu’il n’y aurait plus de sécurité sociale… Il n’y a aucune raison que ce soit cette formation qui dicte son programme. Nous voulons discuter des thèmes sociaux », a dit Paul Magnette à ce propos.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par delpierre bernard, dimanche 14 juillet 2019, 11:16

    C' Pour tout observateur il est aberrant de constater qu'un parti ayant grandi autant en peu de temps n'ait pas eu l'intelligence d'en profiter en obtenant gain de cause sur une partie de son programme (même si les suites budgétaires ne sont jamais très clairement définies)... Évidemment quand on veut sortir du cadre européen, l'affaire se termine sans qu'on puisse poursuivre.. Mais ils risquent gros plus tard

  • Posté par Nica Petre, vendredi 12 juillet 2019, 10:35

    Mr Magnette et vous sur d'avoir fait votre virage vers une vraie gauche pour permettre au PTB de monter dans le carrose de gauche. Maintenant que vous fricotez avec le MR nous sommes forcés de constater qu'en place d'aller vers le PTB vous allez encore et toujours vers le MR. Allez vous toujours taxer les hauts révenus, faire enfin la lutte contre l'évasion fiscale et la fraude fiscale et contre les ingénieurs fiscaux qui mettent cette fraude dans la zone grise du droit ? Les élécteurs ont voté contre le MR ce n'est pas pour qu'il reveint aux affaires et continuent à degommer le service public et de fair ele tout aux patrons sur le dos des classes moyennes taxées à max contrairement à l'evasion fiscale. Donnez de moyens financiers et en personnel super compétent pour recupérer les miliards evadés qui permettront de diminuer les impôts des classes moyennes par exemple. Ce dont le MR ne veut pas entendre. Mais probablement le PS dira hypocritement qu'il voulaient mettre cela en place mais c'est le MR qui n'ont pas permi cela. Cganson bien connue comme avec la chasse aux chômeurs. Merci Mr Di Rupo belle entente avec le MR dans la précendente alliance. Espèrons que n'allons plus jamais vivre cette alliance avec le MR. Merci de penser plus aux electeurs et respecter leur vote à gauche toute que à votre maintenance au affaires....

  • Posté par Deckers Björn, samedi 13 juillet 2019, 17:38

    Votre commentaire est injuste. Le PTB est arrivé aux négociations en ayant une seule revendication qui en soit ne change rien à la vie de gens ou alors dans un sens catastrophique, l'exigence de sortie unilatérale des traités européens budgétaires. Un revendication choisie à dessin pour être sur de rester dans l'opposition soit parce que le PTB est composé de poules mouillées qui ont peur de prendre leur responsabilité soit parce que le PTB cache sous un visage plus avenant sa nature historique stalinienne et ne veut rien d'autre qu'une épouvantable révolution soit disant prolétarienne. Que se soit sur l'évasion fiscale (le PTB est spécialiste de mélanger les niveaux de pouvoir ce sujet concerne principalement le niveau fédéral, de même du reste que le traités européens!), sur les autres promesses émises par le PTB il faut accepter d'entrer en négociation pour obtenir des avancées et non se draper dans une conception virginale et purement incantatoire. Mais que devait faire Paul Magnette et Elio Di Rupo, entraîner la Wallonie dans le Wallexit? Tenter le scénario grec de 2015? La revendication de la sortie des traités budgétaires est d'autant plus sotte que les années passant, la politique de la Commission européenne tend à se montrer nettement plus ouverte sur le sujet et la politique de la BCE a elle aussi permis d'important assouplissement des politiques budgétaires. Ce qu'il faut c'est entrer en négociation, mettre les mains dans le cambouis pour obtenir de nouvelles inflexions notamment sur les investissements. Par exemple pour la rénovation du parc immobilier social moins énergivore, par exemple pour le développement des transports en communs performants. Voilà ce que peuvent faire les gens qui acceptent de prendre leur responsabilité. Mais le sbires du PTB sont ce qu'ils caricaturaient à l'époque les autres : Des clowns!

  • Posté par Leroy christian, vendredi 12 juillet 2019, 9:00

    L'imposture, c'est le PS et depuis quelques décennies maintenant ...

  • Posté par Christian Radoux, vendredi 12 juillet 2019, 8:22

    M. Magnette profère, lui aussi, des contre-vérités. En voici un exemple. Quand il prétend que "tous les acteurs de l'enseignement" ont été consultés à propos de l'allongement du tronc commun dans l'autoproclamé "pacte" d''"excellence" (guillemets répétés à dessein et non par distraction), c'est faux. Les professeurs, à travers leurs associations des différentes disciplines, elles pluralistes et compétentes, ont tous été soigneusement écartés. Au profit des charlatans des "sciences" (?) de l'éducation, mercenaires et p... des politiques, et des syndicats, censés exprimer leur avis... qu'on voulait étouffer.

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une