Coalition wallonne: «La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB», estime Paul Magnette

Coalition wallonne: «La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB», estime Paul Magnette

Contrairement au PTB, le cdH n’est pas un parti qui fuit ses responsabilités. Son attitude est compréhensible après le résultat électoral qu’il a enregistré, a affirmé jeudi soir le chef de file wallon du PS, Paul Magnette, sur le plateau de l’émission « Jeudi en prime » (La Une).

> Coalition wallonne : le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Après le refus des humanistes d’engager des pourparlers avec le PS et Ecolo pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles, le co-président d’Ecolo, Jean-Marc Nollet s’en est pris jeudi, lors d’interviews matinales en radio, au cdH qu’il accuse de « se regarder le nombril alors que la planète brûle ». Le président du cdH, Maxime Prévot, a répliqué en jugeant ces propos « pétris de mépris et d’arrogance à notre égard, comme souvent de sa part ». M. Prévot estime que le cdH « assume sa défaite ».

Paul Magnette a quant à lui dit comprendre le cdH, « un parti qui ne fuit pas ses responsabilités… La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB qui a tout promis, mais n’a voulu discuter à aucun moment », alors que « les gens ont cru qu’avec ce parti, on aurait un gouvernement de gauche », a-t-il rebondi.

Pas de discussion avec la N-VA

M. Magnette n’a par ailleurs pas caché que l’ouverture des discussions avec le MR se déroulait au stade actuel « dans une ambiance pas très chaleureuse ». Il a répété qu’en raison du poids électoral qu’ils représentent ensemble, et des points sur lesquels PS et Ecolo sont d’accord, avec l’appui de la société civile, les discussions ne repartiraient pas d’une page blanche. « Nos propositions partagées doivent se retrouver dans un programme », a-t-il souligné.

Enfin, selon lui, le refus du PS de discuter avec la N-VA au niveau fédéral tient à l’exclusive posée par la formation nationaliste à l’égard du PS (ndlr : si c’est pour aller avec le PS au gouvernement, c’est pour passer au confédéralisme). « Je ne veux pas discuter du confédéralisme avec la N-VA. Cela signifierait la disparition de la Région bruxelloise et qu’il n’y aurait plus de sécurité sociale… Il n’y a aucune raison que ce soit cette formation qui dicte son programme. Nous voulons discuter des thèmes sociaux », a dit Paul Magnette à ce propos.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite