Coalition wallonne: «La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB», estime Paul Magnette

Coalition wallonne: «La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB», estime Paul Magnette

Contrairement au PTB, le cdH n’est pas un parti qui fuit ses responsabilités. Son attitude est compréhensible après le résultat électoral qu’il a enregistré, a affirmé jeudi soir le chef de file wallon du PS, Paul Magnette, sur le plateau de l’émission « Jeudi en prime » (La Une).

> Coalition wallonne : le formateur Elio Di Rupo va tenter d’agencer la note Coquelicot et les contributions MR

Après le refus des humanistes d’engager des pourparlers avec le PS et Ecolo pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles, le co-président d’Ecolo, Jean-Marc Nollet s’en est pris jeudi, lors d’interviews matinales en radio, au cdH qu’il accuse de « se regarder le nombril alors que la planète brûle ». Le président du cdH, Maxime Prévot, a répliqué en jugeant ces propos « pétris de mépris et d’arrogance à notre égard, comme souvent de sa part ». M. Prévot estime que le cdH « assume sa défaite ».

Paul Magnette a quant à lui dit comprendre le cdH, « un parti qui ne fuit pas ses responsabilités… La grosse imposture de ces élections, c’est le PTB qui a tout promis, mais n’a voulu discuter à aucun moment », alors que « les gens ont cru qu’avec ce parti, on aurait un gouvernement de gauche », a-t-il rebondi.

Pas de discussion avec la N-VA

M. Magnette n’a par ailleurs pas caché que l’ouverture des discussions avec le MR se déroulait au stade actuel « dans une ambiance pas très chaleureuse ». Il a répété qu’en raison du poids électoral qu’ils représentent ensemble, et des points sur lesquels PS et Ecolo sont d’accord, avec l’appui de la société civile, les discussions ne repartiraient pas d’une page blanche. « Nos propositions partagées doivent se retrouver dans un programme », a-t-il souligné.

Enfin, selon lui, le refus du PS de discuter avec la N-VA au niveau fédéral tient à l’exclusive posée par la formation nationaliste à l’égard du PS (ndlr : si c’est pour aller avec le PS au gouvernement, c’est pour passer au confédéralisme). « Je ne veux pas discuter du confédéralisme avec la N-VA. Cela signifierait la disparition de la Région bruxelloise et qu’il n’y aurait plus de sécurité sociale… Il n’y a aucune raison que ce soit cette formation qui dicte son programme. Nous voulons discuter des thèmes sociaux », a dit Paul Magnette à ce propos.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite