La saison 3 de «La Casa de Papel» présentée à Madrid

La troisième saison de «La Casa de Papel» (La Maison de papier au Québec), série non anglophone la plus regardée sur Netflix, a été présentée jeudi à Madrid à huit jours de sa parution sur la plateforme américaine.

«Je crois que les gens vont la dévorer en un ou deux jours», a assuré à l’AFP l’acteur Alvaro Morte, «Le Professeur» dans la série, promettant «beaucoup d’émotion, beaucoup de tension, beaucoup de feux d’artifice».

Les acteurs et réalisateurs de la série sur une bande de braqueurs ont défilé devant plusieurs centaines de fans qui arboraient pour beaucoup les masques de Dali portés par les personnages pendant leur casse spectaculaire à la Fabrique de monnaie de Madrid.

«Le Professeur» et sa bande vont «mener un nouveau braquage, le plus grand braquage jamais pensé», promet la production dans un communiqué.

«La mise a beaucoup augmenté, et la confrontation avec la police a beaucoup plus de dimensions (...) Cette fois, l’objectif est très gros», a assuré à l’AFP l’actrice Alba Flores, «Nairobi» dans la série.

La troisième saison, à paraître le 19 juillet, est la première produite par Netflix, qui a inauguré cette année ses premiers studios européens à Tres Cantos, dans la banlieue nord de Madrid.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite