CAN 2019: la Tunisie met fin au rêve de Madagascar et complète le dernier carré

©AFP
©AFP

Le conte de fées de Madagascar s’est arrêté en quarts. La Tunisie a battu les surprenants Zébus (3-0), jeudi au Caire, pour aller dans le dernier carré de la CAN pour la première fois depuis 2004.

Ne gagner aucun match de poule, passer le 8e de finale aux tirs au but, être apathique pendant 45 minutes face aux modestes Malgaches… les Aigles de Carthage n’ont rien survolé depuis le début du tournoi, mais les voilà en demies, face au Sénégal, dimanche.

Leur parcours tortueux contraste avec la portée historique de leur exploit : jusque-là, les Tunisiens avaient buté cinq fois en quarts en quinze ans, depuis l’année de leur unique titre, remporté à domicile. Ce succès brise la malédiction et met en route la machine à rêves.

L’équipe d’Alain Giresse a réussi sa meilleure période en Égypte au retour des vestiaires, concrétisée par des buts de Ferjani Sassi (52), Youssef Msakni (60) et Naïm Sliti (92). Une simple réaction d’orgueil, ou une vraie montée en puissance ?

Ses supporters, peu nombreux au stade Al-Salam, le sauront face au Sénégal, un adversaire difficile pour la Tunisie qui a affiché le moins de certitudes dans le jeu des quatre demi-finalistes.

Msakni-Khazri, double menace

Le sélectionneur des Lions de la Teranga Aliou Cissé a dû prendre note des faiblesses de son futur adversaire étalées face à Madagascar. Pendant longtemps, les Maghrébins ont semblé dépendre d’un exploit individuel de Wahbi Khazri ou de leur capitaine Youssef Msakni pour débloquer la situation.

À court d’idées collectives, les Aigles de Carthage ont failli ouvrir le score sur un coup franc du Stéphanois claqué sous la barre par Melvin Adrien (31). C’est finalement un coup du sort qui les a sortis de leur torpeur : une frappe de Sassi déviée par le défenseur Thomas Fontaine, impuissant.

Sur le second but, Msakni suit bien une frappe de Khazri mal repoussée par le gardien des Zébus, pour clore l’affaire.

Ces deux actions résument bien la rencontre de Madagascar, que la réussite aura fui cette fois-ci.

Deux avions de supporters venus spécialement d’Antananarivo n’ont pas suffi, ni un bel état d’esprit : les Malgaches, qui découvraient la compétition, n’ont pas enchaîné un nouvel exploit, après avoir battu le Nigeria (2-0) puis la RD Congo en 8es (2-2 a.p, 4-2 aux t.a.b.).

Trop brouillonne, et émoussée physiquement, l’équipe de Nicolas Dupuis n’a pas été capable de porter le danger sur le but de Mouez Hassen. Mais le Petit Poucet peut quitter l’Égypte la tête haute.

Le Dijonnais Naïm Sliti a célébré le troisième but, à la conclusion d’un contre, d’un geste signifiant la fin des espoirs malgaches. Mais pour les Tunisiens, ça ne fait que commencer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10813810-114

    Par Benjamin Helson (avec Cé. M.)

    Charleroi

    Le Sporting de Charleroi a besoin de Belges au Mambourg

  • Julien de Sart

    Par Jonas Bernard

    Standard

    Julien de Sart au «Soir»: «Mon départ du Standard? Je suis toujours amer»

  • ©Belga, News

    Par Guillaume Raedts

    Anderlecht

    Anderlecht: entre l’été 2018 et celui de 2019, deux départs aux antipodes

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite