L’ancien vice-président de la Fifa Jack Warner condamné à verser 79 millions de dollars

L’ancien vice-président de la Fifa Jack Warner condamné à verser 79 millions de dollars

L’ancien vice-président de la Fifa Jack Warner a reçu jeudi l’ordre d’un juge fédéral américain de verser 79 millions de dollars d’indemnités dans le cadre d’une procédure civile.

Le juge William Kuntz a statué par défaut car celui qui a également été patron de la confédération Concacaf --regroupant les fédérations d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes-- n’a pas contesté mardi les faits lui étant reprochés dans le cadre de poursuites lancées au civil en 2017.

Il était accusé d’avoir détourné plusieurs millions de dollars de la fédération régionale, notamment en acceptant des pots-de-vin lors de la négociation de contrats de droits télévisés pour des événements de la Concacaf ou lors du vote au niveau de la Fifa pour l’attribution de la Coupe du monde de 2010 qui s’est déroulée en Afrique du Sud.

>Pourquoi l’inamovible président de la Fifa se retire

Soupçons de corruption

La Concacaf entend viser les actifs de M. Warner pour récupérer cette somme, a indiqué un avocat.

L’ancien dirigeant, aujourd’hui âgé de 76 ans, a été débarqué dès 2011 pour des soupçons de corruption et inculpé par la justice américaine en mai 2015. Il nie toutes les accusations à son encontre.

Les Etats-Unis réclament son extradition de Trinité-et-Tobago, son pays d’origine où il vit depuis sa radiation à vie de la Fifa en 2015.

Il est considéré comme un héros dans son pays, où il a été ministre et parlementaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite