Alerte jaune aux orages: l’IRM met en garde contre la grêle et de forts coups de vent

Alerte jaune aux orages: l’IRM met en garde contre la grêle et de forts coups de vent
PhotoNews

L’Institut royal météorologique (IRM) a placé ce vendredi 12 juillet l’ensemble du territoire belge en alerte jaune aux orages à partir de 8h jusqu’à 23h. Un front d’averses orageuses s’enfoncera sur le pays à partir du nord et de l’ouest. Ces averses orageuses pourront être accompagnées de fortes pluies, de grêle et de coups de vent.

>> Les prévisions dans votre région

Un temps plus sec avec des éclaircies reviendra en cours d’après-midi à partir de la région côtière sur l’ouest puis le centre du pays en soirée. Les maxima varieront entre 20 et 22 degrés à la mer et en Ardenne, et entre 22 et 24 degrés dans les autres régions. Le vent modéré d’ouest et s’orientera au nord-ouest.

Ce soir et en début de nuit, les dernières averses encore parfois orageuses s’évacueront vers le sud-est et un temps plus sec avec temporairement de larges éclaircies s’installera sur le pays. En cours de nuit, la nébulosité redeviendra plus abondante à partir du nord avec un léger risque d’averse. Les minima seront compris entre 10 et 12 degrés en Ardenne et entre 13 et 15 degrés dans les autres régions. Le vent sera faible à modéré de nord-ouest.

Une violente tornade s’abat en Grèce en pleine région touristique: le bilan monte à sept morts

Et le week-end ?

Samedi, les averses se concentreront sur la moitié est du pays. Le ciel sera partiellement à très nuageux. En cours d’après-midi, il fera plus sec avec davantage d’éclaircies à partir de l’ouest. Un vent modéré de secteur nord, à la mer parfois assez fort, nous amènera de l’air maritime plus frais. Les maxima ne dépasseront pas 17 à 21 degrés.

«Un phénomène inédit»: la Grèce frappée par une tornade et de violents orages de grêle, plusieurs morts

Dimanche, le temps sera calme et généralement sec. Les nuages seront assez nombreux le matin mais le soleil devrait revenir l’après-midi. Les maxima seront compris entre 18 et 23 degrés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20190821-3VN7N4_high

    Reynders ou Onkelinx? La Belgique n’a plus beaucoup de temps pour désigner son candidat au poste de commissaire européen

  2. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  3. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite