Le CDH n’a pas l’intention de «se faire avaler par un autre parti», indique Maxime Prévot

Le CDH n’a pas l’intention de «se faire avaler par un autre parti», indique Maxime Prévot
Roger Milutin

L’objectif de la refondation du CDH que le président, Maxime Prévot, entamera à la rentrée n’est pas d’intégrer un autre parti, a-t-il expliqué dans une lettre adressée à la fin juin aux militants.

Ada Greoli (CDH) dénonce la note coquelicot : « On a instrumentalisé la société civile »

« L’objectif n’est pas de se faire avaler par un autre parti mais bien de nous réinventer pour nous-mêmes et de proposer un projet centriste fort et porteur de solutions aux citoyens », déclare-t-il dans cette lettre obtenue vendredi par l’agence Belga, à l’heure où les supputations vont bon train sur la reconstitution du centre dans le paysage politique francophone.

Meurtri par sa défaite électorale du 26 mai, le CDH a choisi de siéger dans l’opposition quoi qu’il arrive. La décision est radicale pour un parti au profil de gestionnaire et habitué du pouvoir.

Prévot réagit aux critiques de Nollet sur le CDH : « Des propos pétris de mépris et d’arrogance »

« Notre sens des responsabilités nous a amenés à prendre cette décision en sachant que ce choix ne porterait aucun préjudice à l’éclosion de majorités démocratiques à chacun des niveaux de pouvoir », souligne M. Prévot.

Le CDH ne veut plus « faire l’appoint ». « Nous l’avons tant fait par le passé que d’aucuns nous cantonnent à ce rôle », ajoute-t-il.

Le CDH dit non au coquelicot : déçu, le député Josy Arens envisage de quitter le groupe à la Chambre

Un nouvel organigramme

Le président des centristes vise les appels lancés par les autres partis mais aussi, sans explicitement le nommer, par un secteur associatif dont le CDH est proche historiquement. « Peut-être certains citoyens ou acteurs de la société civile ont-ils pensé que, de toute façon, nous serions toujours présents dans des exécutifs. Ils ont oublié au fil du temps que, pour cela, nous devions continuer de bénéficier de leur soutien dans les urnes », dit-il.

À la rentrée de septembre, au terme d’une mise au vert interparlementaire, le président du CDH reviendra vers les militants. « C’est en effet tous ensemble, mais aussi en s’ouvrant à d’autres, que nous pourrons questionner qui nous sommes et définir qui nous voulons être », indique-t-il avant d’annoncer un tour des provinces pour présenter le nouvel organigramme du parti.

Sur le même sujet
PolitiqueAgence Belga
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite