Le CDH n’a pas l’intention de «se faire avaler par un autre parti», indique Maxime Prévot

Le CDH n’a pas l’intention de «se faire avaler par un autre parti», indique Maxime Prévot
Roger Milutin

L’objectif de la refondation du CDH que le président, Maxime Prévot, entamera à la rentrée n’est pas d’intégrer un autre parti, a-t-il expliqué dans une lettre adressée à la fin juin aux militants.

Ada Greoli (CDH) dénonce la note coquelicot : « On a instrumentalisé la société civile »

« L’objectif n’est pas de se faire avaler par un autre parti mais bien de nous réinventer pour nous-mêmes et de proposer un projet centriste fort et porteur de solutions aux citoyens », déclare-t-il dans cette lettre obtenue vendredi par l’agence Belga, à l’heure où les supputations vont bon train sur la reconstitution du centre dans le paysage politique francophone.

Meurtri par sa défaite électorale du 26 mai, le CDH a choisi de siéger dans l’opposition quoi qu’il arrive. La décision est radicale pour un parti au profil de gestionnaire et habitué du pouvoir.

Prévot réagit aux critiques de Nollet sur le CDH : « Des propos pétris de mépris et d’arrogance »

« Notre sens des responsabilités nous a amenés à prendre cette décision en sachant que ce choix ne porterait aucun préjudice à l’éclosion de majorités démocratiques à chacun des niveaux de pouvoir », souligne M. Prévot.

Le CDH ne veut plus « faire l’appoint ». « Nous l’avons tant fait par le passé que d’aucuns nous cantonnent à ce rôle », ajoute-t-il.

Le CDH dit non au coquelicot : déçu, le député Josy Arens envisage de quitter le groupe à la Chambre

Un nouvel organigramme

Le président des centristes vise les appels lancés par les autres partis mais aussi, sans explicitement le nommer, par un secteur associatif dont le CDH est proche historiquement. « Peut-être certains citoyens ou acteurs de la société civile ont-ils pensé que, de toute façon, nous serions toujours présents dans des exécutifs. Ils ont oublié au fil du temps que, pour cela, nous devions continuer de bénéficier de leur soutien dans les urnes », dit-il.

À la rentrée de septembre, au terme d’une mise au vert interparlementaire, le président du CDH reviendra vers les militants. « C’est en effet tous ensemble, mais aussi en s’ouvrant à d’autres, que nous pourrons questionner qui nous sommes et définir qui nous voulons être », indique-t-il avant d’annoncer un tour des provinces pour présenter le nouvel organigramme du parti.

Sur le même sujet
PolitiqueAgence Belga
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une bande de six olibrius aussi dingues qu’étranges débarquait, au soir du 5 octobre 1969, dans la petite lucarne des chaumières d’outre-Manche.

    Les Monty Python ont cinquante ans

  2. Outre le paiement de factures, le Fonds a également un objectif de prévention, en aidant les ménages précarisés à mieux gérer leur consommation.

    Le Fonds Gaz et Electricité a besoin de 30 millions de plus par an

  3. Les travailleurs étrangers sont peu représentés dans le secteur non-marchand (9,1
%) et représentent onze indépendants sur cent en Belgique.

    En cinq ans, le nombre de travailleurs étrangers a augmenté de 13,6%

La chronique
  • France: la fin programmée des Républicains

    Par Xavier Mabille d’abord, par mes lectures aussi, j’ai été vacciné contre la tentation de faire des pronostics. Comme Descartes, l’Histoire s’avance masquée, et l’on a toutes les chances d’être démenti si l’on prétend savoir de quel enfant elle accouchera. Pourtant, je ne résiste pas au plaisir de tirer une prédiction d’un livre dont j’achève la lecture, et dont l’auteur, plus rigoureux que moi, s’abstient, lui, de se projeter dans l’avenir. Je veux parler de L’archipel français, de Jérôme Fourquet, qui me conduit à faire ce pari : dans 20 ans, le parti des Républicains, en France, aura disparu, ou ne sera plus qu’une chapelle insignifiante comme l’est aujourd’hui la formation centriste UDI.

    ...

    Lire la suite

  • Dutroux: le TAP n’est pas un guichet de sortie automatique

    Les craintes ravivées d’une libération conditionnelle de Marc Dutroux, même si elles sont infondées, témoignent que le pays demeure, 23 ans après son arrestation, sous la sujétion du psychopathe de Marcinelle qui figure dans les consciences comme l’incarnation du mal.

    La demande de la désignation d’un collège de cinq experts psychiatres que porteront jeudi devant le Tribunal de l’application des peines (TAP) ses deux avocats, n’est qu’une « étape technique » à l’issue incertaine et qui ne...

    Lire la suite