Affaire Ghosn: Renault a transmis les conclusions de son audit à la justice

Affaire Ghosn: Renault a transmis les conclusions de son audit à la justice
AFP

Renault a annoncé avoir transmis vendredi à la justice française les conclusions de l’audit mené avec son partenaire Nissan sur leur filiale commune néerlandaise RNBV, dans le cadre d’une enquête visant son ancien patron Carlos Ghosn.

Renault, dont le siège social a été perquisitionné à deux reprises ces dix derniers jours, a, «sur réquisition du parquet de Nanterre, transmis ce jour le rapport final du cabinet Mazars portant sur RNBV», a déclaré le constructeur dans un communiqué.

Le constructeur français assure qu’il «coopère pleinement avec les autorités judiciaires».

Lors d’une perquisition mercredi au siège de Renault à Boulogne-Billancourt, près de Paris, les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) avaient saisi des ordinateurs, téléphones portables et tablettes utilisés par des assistants de Carlos Ghosn, l’ancien patron de l’alliance Renault-Nissan mis en examen au Japon pour diverses malversations.

L’homme d’affaires de 65 ans est visé par une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre. La justice s’intéresse à deux soirées organisées au château de Versailles en échange d’une convention de mécénat entre la marque au losange et l’établissement qui gère le château.

La première a été organisée le 27 mars 2014 par Carlos Ghosn pour fêter ses 50 ans, sous couvert de célébrer les quinze ans de l’alliance Renault-Nissan. La seconde, qui remonte à octobre 2016, aurait été organisée pour le mariage de Carlos Ghosn avec son épouse Carole.

L’enquête a depuis été élargie à des transferts de fonds suspects entre Renault et le distributeur de Renault et Nissan à Oman, Suhail Bahwan Automobiles (SBA).

Renault avait annoncé le 5 juin qu’il envisageait des poursuites contre son ancien dirigeant après avoir détecté 11 millions d’euros de «dépenses suspectes» au sein de la filiale RNBV, grâce à l’audit commandé au cabinet Mazars.

La société RNBV, filiale à 50-50 entre Renault et Nissan, était la structure créée par Carlos Ghosn pour incarner l’alliance des deux constructeurs au niveau opérationnel. Depuis plusieurs mois, Nissan accusait cette structure de masquer des dépenses au profit personnel de Ghosn.

D’après une source proche du dossier, le rapport Mazars, qui n’a pas été publié, mentionne notamment des paiements suspects à l’ancienne garde des Sceaux Rachida Dati et au criminologue Alain Bauer. Une enquête préliminaire visant ces deux personnalités a été ouverte le 31 mai par le parquet national financier (PNF).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite