Deutsche Bank: une histoire de costumes de luxe suscite la polémique

Deutsche Bank: une histoire de costumes de luxe suscite la polémique

Lundi, alors que leurs collègues faisaient leurs cartons après l’annonce de la suppression de 18.000 emplois dans le monde, deux responsables de la banque à Londres ont fait venir un tailleur pour commander des costumes à 1.500 livres pièce (1.670 euros). L’histoire a fait grand bruit dans la presse, britannique en particulier.

«Je ne peux pas comprendre que quelqu’un appelle son tailleur lundi pour essayer des costumes quand, le même jour, nombre de leurs collègues devaient partir», a assuré le PDG, Christian Sewing, dans le quotidien allemand Handelsblatt.

Il a assuré avoir appelé les deux personnes incriminées pour les réprimander et affirmé que leur comportement ne «représente pas les valeurs» de l’entreprise.

Deutsche Bank est empêtré dans une multitude de scandales depuis la crise financière de 2008 qui lui a coûté des sommes colossales. La banque a annoncé dimanche la suppression d’un cinquième de ses effectifs pour réduire de 6 milliards d’euros les coûts d’ici 2022.

Certains employés de Deutsche Bank dans des centres comme Hong Kong, Londres et New York ont été licenciés dès le lendemain de l’annonce.

L’an dernier, l’ancien fleuron allemand de la finance avait déjà supprimé 6.000 postes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite