Face à la pénurie de main-d’oeuvre, une entreprise flamande ouvre son propre centre de formation

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Photo News

L’entreprise campinoise de services Geysen a un besoin urgent de nouveaux collaborateurs avec un profil technique mais face à la difficulté d’en trouver, elle a décidé d’ouvrir sa propre école, rapportent samedi les journaux Gazet van Antwerpen et Het Nieuwsblad.

Cette entreprise met à la disposition d’autres sociétés des techniciens chargés d’entretenir et de réparer des machines. «Avec l’automatisation croissante, il y a une forte demande de techniciens. En plus, ils seront nombreux à partir à la retraite dans les prochaines années. Actuellement, nous avons 75 offres d’emploi», explique le directeur général de Geysen, Johan Vos.

Le responsable d’entreprise peine à trouver les profils recherchés, notamment parce que les jeunes délaissent les études techniques. Et ceux qui les choisissent tout de même n’ont pas la possibilité de faire assez d’exercices pratiques car les écoles n’ont généralement pas les moyens de s’équiper convenablement, souligne-t-on.

Face à ce qu’elle estime être un manque d’initiative du côté de l’enseignement, la société familiale a donc décidé de prendre les choses en main. En octobre, elle ouvrira sur son site de Westerlo un centre équipé de nouvelles machines où elle formera elle-même des techniciens. Ce centre sera accessible à ses travailleurs mais également à des élèves et personnes désireuses de se former. L’entreprise compte ainsi investir un million d’euros dans une «mini-usine», présentée comme une initiative unique en Flandre.

> Quatre solutions contre la pénurie de main-d’oeuvre en Belgique

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • references.lesoir

    La filière du recyclage plastique pourrait créer 350 emplois

  • Pour mener à bien leurs essais cliniques, les sociétés biotech comme ici Promethera doivent faire appel à des logisticiens spécialisés.

    Un logisticien chinois de plus à Bierset

  • L’arrivée de technologies dans un métier est souvent synonyme d’une ouverture aux femmes.

    Par Pauline Martial

    Société

    Le marché de l’emploi belge se féminise

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite