Accueil Belgique Politique

Michael Freilich (N-VA): «La kippa, c’est un symbole religieux, le voile, un symbole d’oppression»

Dans le débat relancé récemment par Denis Ducarme sur le port des signes religieux par les élus, Michael Freilich était cité pour son port de la kippa lors de sa prestation de serment. Il explique sa ligne politique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Ancien rédacteur en chef de la revue Joods Actueel, Michael Freilich est une des « belles prises » de la N-VA, débauchée à seulement quelques mois du scrutin. Sa prestation de serment au parlement fédéral, au cours de laquelle il portait la kippa, a provoqué un certain malaise dans les rangs libéraux, Denis Ducarme appelant début juillet à poursuivre le débat sur le port de signes convictionnels par les élus. Le ministre MR évoquait alors tant le port de la kippa que celui du voile par une sénatrice Ecolo. « On parle de deux choses tout à fait différentes », corrige Michael Freilich, 39 ans. Pour le N-VA, pas question de mettre sur le même plan, un symbole de foi et ce qu’il estime être un objet d’oppression. L’occasion d’évoquer la place de la religion en politique.

On peut porter la kippa mais pas le voile dans un parlement ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Lowenthal Francis, vendredi 19 juillet 2019, 13:48

    Freilich affirme : "je veux désormais qu’on me voie comme le représentant de toute la Flandre" or selon la Constitution, il est le représentant de tous les Belges et pas d'une portion du territoire ! Freilich affirme encore : "la kippa [qui] rappelle simplement qu’il y a quelque chose de plus haut que nous" : en Politique, il n'y a rien de plus haut que la Chambre ! Freilich a manqué de respect à l'assemblée qui représente tous les Belges, donc il m'a gravement manqué de respect. Je peux comprendre son émotion. Mais le symbole religieux qu'il a utilisé, symbole de soumission à un Dieu qui lui est propre, n'avait rien à voir lors d'une prestation de serment à la Chambre !

  • Posté par Toussaint Francis, lundi 15 juillet 2019, 23:22

    Le PS et Ecolo ne défendent pas "nos amis qui se défendent en Israël", explique M. Freilich. En fait, ils n'acceptent pas l'oppression exercée par l'Etat israëlien contre les Palestiniens. M. Freilich tente de semer la confusion entre anti-sionisme et anti-sémitisme... Et il ne semble pas gêné que son parti négocie avec le Vlaams Belang, un parti qui compte de nombreux négationnistes et de justificateurs de la Collaboration de groupes nationalistes flamands avec l'occupant nazi, y compris dans la chasse aux Juifs de Belgique... Même si le VB, publiquement, concentre sa haine contre les musulmans... Comme le fait d'ailleurs la NVA mais de façon plus "substile"...ce qui ne semble pas déranger M. Freilich

  • Posté par Brasseur Michel, lundi 15 juillet 2019, 6:09

    J'apprécie particulièrement l'expression "il faut nettoyer le VB". Alors que le VB emploie les mêmes mots suivis, au choix, des "les Arabes ", "les Francophones", "les Gays", etc. Ce monsieur respire l'ouverture d'esprit et la conviction que son dogme est bel et bien supérieur aux autres... il ne m'inspire vraiment pas confiance ! Et kippa ou pas, qu'il ne se fatigue pas à essayer de me représenter !

  • Posté par Naeije Robert, lundi 15 juillet 2019, 13:16

    Il ne vous represente en aucune facon: il argumente plutot que de repeter ds slogans.

  • Posté par INSTITUT SAINTE MARIE , lundi 15 juillet 2019, 0:14

    Une immense différence entre le judaïsme et l’islam (et, auparavant le christianisme en Europe, notamment), est que le judaïsme est indifférent à la conversion des non juifs. Pour l'islam, par contre, le monde entier doit, idéalement, voire par la force, s'y convertir. L'homme est libre, depuis les Lumières, de choisir une religion, d'en changer ou de ne pas sen avoir. L'islam ignore les Lumières. Une question pour Monsieur le député : Extrait : "Il ne s’agit pas de forcer les gens à enlever le voile mais d’en débattre. De s’interroger sur les raisons qui les poussent à le porter. Pourquoi les hommes musulmans ne doivent pas le faire ? " Question : pourquoi les femmes juives ne peuvent-elles pas porter une kippa ?

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs