Federer battu par Djokovic après la plus longue finale de l’histoire à Wimbledon: «C’était fou»

Dans cet article
photo news
photo news

Le Suisse, bientôt 38 ans, a raté deux balles de match avant de s’incliner 7-6 (5), 1-6, 7-6 (4), 4-6, 12-12 (3) devant Novak Djokovic au terme de la finale la plus longue (5h02) de l’histoire dans la troisième levée du Grand Chelem de la saison. « Félicitations Novak, c’était fou », a dit Federer au Serbe.

« Cela va me prendre du temps pour récupérer mais tout va bien. Je n’aurais pas pu donner plus, j’ai fait tout ce que j’ai pu et je suis toujours début », a ajouté Federer sur le Centre Court, souriant au micro de Sue Barker. « J’espère avoir donné aux gens une chance de croire qu’avoir 37 ans ne signifiait pas que c’était fini », a rigolé le Bâlois, 8 titres à l’All England Club.

Novak Djokovic remporte Wimbledon au bout du suspense face à Roger Federer

Par Belga

reuters
reuters

Dimanche sur le Centre Court, Djokovic s’est imposé 7-6 (5), 1-6, 7-6 (4), 4-6, 12-12 (3) au terme d’un match épique, long de 4h55 et qui restera assurément dans l’histoire. Le Serbe, 32 ans, a décroché un 16e titre en Grand Chelem, son 5e sur le gazon londonien, après avoir sauvé deux balles de match.

Le premier set aura été d’un niveau de jeu complètement ahurissant. Se rendant coup pour coup, les deux hommes ont dû se départager au jeu décisif. Profitant d’une petite imperfection du Suisse, ’Nole’ a viré en tête (7-6).

Mais le ’Maestro’, 38 ans dans moins d’un mois, a répliqué dans la foulée. Continuant à enchaîner les points, alors que Djokovic baissait sa garde, il a égalisé à un set partout en l’espace de quelques minutes (1-3).

Federer, vainqueur sur le gazon de Wimbledon il y a seize ans du premier de ses titres en Grand Chelem, a dominé le troisième set. Mais ’Djoko’, opportuniste dans le tie-break, a repris les commandes de la partie (7-6).

Cela n’a pas arrêté le Bâlois qui, grâce à deux breaks dans la quatrième manche, a forcé un cinquième set décisif malgré la première perte de son service de la partie (4-6). A noter que c’était la première fois depuis 2014, et la victoire de Djokovic contre Federer, que la finale du simple messieurs à Wimbledon se jouait en cinq sets.

Pourtant le plus inconstant depuis le début de la partie, c’est bien le Serbe qui a dirigé les échanges en début de cinquième manche. Après trois balles de break ratées dans le 4e jeu, il a pris le service de ’RF’ dans le 6e jeu, prenant la fuite (4-2). Mais Federer, inoxydable et mentalement insubmersible, a réagi directement (4-4) en maniant l’amortie avec brio. A 7-7, Federer a breaké son adversaire. Mais Djokovic, tout aussi solide, a sauvé deux balles de match avant de revenir à 8-8.

Il aura fallu attendre le tie-break à 12-12, introduit cette année et disputé pour la première fois en simple, pour voir Djokovic faire la différence. Profitant de plusieurs fautes directes du Suisse, ’Nole’ a remporté ce duel qui restera comme un des plus passionnants de l’histoire.

Djokovic a donc remporté ce 48e duel contre le Suisse afin de remporter un 16e titre dans un tournoi majeur, le cinquième à l’All England Club, comme le Suédois Björn Borg. Quant à Federer, qui n’a plus battu ’Djoko’ en Grand Chelem depuis une demie à Wimbledon en 2012, reste donc coincé à 20 sacres en Grand Chelem.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

  2. Alaa Sheikhi, 24 ans, réfugié syrien arrivé en 2015 a été condamné à 9 ans et demi de prison. Il clame son innocence.

    Allemagne: à Chemnitz, le réfugié accusé dénonce un verdict politique

  3. L’Awap a notamment pour mission de préserver le patrimoine immeuble.

    Patrimoine wallon: malgré les préavis d’actions, le ministre Collin reste confiant

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite