Federer battu par Djokovic après la plus longue finale de l’histoire à Wimbledon: «C’était fou»

Dans cet article
photo news
photo news

Le Suisse, bientôt 38 ans, a raté deux balles de match avant de s’incliner 7-6 (5), 1-6, 7-6 (4), 4-6, 12-12 (3) devant Novak Djokovic au terme de la finale la plus longue (5h02) de l’histoire dans la troisième levée du Grand Chelem de la saison. « Félicitations Novak, c’était fou », a dit Federer au Serbe.

« Cela va me prendre du temps pour récupérer mais tout va bien. Je n’aurais pas pu donner plus, j’ai fait tout ce que j’ai pu et je suis toujours début », a ajouté Federer sur le Centre Court, souriant au micro de Sue Barker. « J’espère avoir donné aux gens une chance de croire qu’avoir 37 ans ne signifiait pas que c’était fini », a rigolé le Bâlois, 8 titres à l’All England Club.

Novak Djokovic remporte Wimbledon au bout du suspense face à Roger Federer

Par Belga

reuters
reuters

Dimanche sur le Centre Court, Djokovic s’est imposé 7-6 (5), 1-6, 7-6 (4), 4-6, 12-12 (3) au terme d’un match épique, long de 4h55 et qui restera assurément dans l’histoire. Le Serbe, 32 ans, a décroché un 16e titre en Grand Chelem, son 5e sur le gazon londonien, après avoir sauvé deux balles de match.

Le premier set aura été d’un niveau de jeu complètement ahurissant. Se rendant coup pour coup, les deux hommes ont dû se départager au jeu décisif. Profitant d’une petite imperfection du Suisse, ’Nole’ a viré en tête (7-6).

Mais le ’Maestro’, 38 ans dans moins d’un mois, a répliqué dans la foulée. Continuant à enchaîner les points, alors que Djokovic baissait sa garde, il a égalisé à un set partout en l’espace de quelques minutes (1-3).

Federer, vainqueur sur le gazon de Wimbledon il y a seize ans du premier de ses titres en Grand Chelem, a dominé le troisième set. Mais ’Djoko’, opportuniste dans le tie-break, a repris les commandes de la partie (7-6).

Cela n’a pas arrêté le Bâlois qui, grâce à deux breaks dans la quatrième manche, a forcé un cinquième set décisif malgré la première perte de son service de la partie (4-6). A noter que c’était la première fois depuis 2014, et la victoire de Djokovic contre Federer, que la finale du simple messieurs à Wimbledon se jouait en cinq sets.

Pourtant le plus inconstant depuis le début de la partie, c’est bien le Serbe qui a dirigé les échanges en début de cinquième manche. Après trois balles de break ratées dans le 4e jeu, il a pris le service de ’RF’ dans le 6e jeu, prenant la fuite (4-2). Mais Federer, inoxydable et mentalement insubmersible, a réagi directement (4-4) en maniant l’amortie avec brio. A 7-7, Federer a breaké son adversaire. Mais Djokovic, tout aussi solide, a sauvé deux balles de match avant de revenir à 8-8.

Il aura fallu attendre le tie-break à 12-12, introduit cette année et disputé pour la première fois en simple, pour voir Djokovic faire la différence. Profitant de plusieurs fautes directes du Suisse, ’Nole’ a remporté ce duel qui restera comme un des plus passionnants de l’histoire.

Djokovic a donc remporté ce 48e duel contre le Suisse afin de remporter un 16e titre dans un tournoi majeur, le cinquième à l’All England Club, comme le Suédois Björn Borg. Quant à Federer, qui n’a plus battu ’Djoko’ en Grand Chelem depuis une demie à Wimbledon en 2012, reste donc coincé à 20 sacres en Grand Chelem.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite