Plan de fréquences radio: LN24 décroche son ticket pour la bande FM, Mint recalé

LN 24 a présenté sa nouvelle équipe
: Maxime Binet, Pierre Fagnart, Catarina Letor et Michaël Denutte. Lancement de la chaine TV et désormais aussi de la radio le 2 septembre prochain.
LN 24 a présenté sa nouvelle équipe : Maxime Binet, Pierre Fagnart, Catarina Letor et Michaël Denutte. Lancement de la chaine TV et désormais aussi de la radio le 2 septembre prochain. - D.R.

Ça y est. On sait à quoi ressemblera le paysage radiophonique pour les neuf prochaines années. Le CSA a décidé, après quatre mois d’analyses des dossiers de candidature, à qui il attribue les fréquences disponibles sur la bande FM mais aussi sur le tout nouveau réseau DAB+, c’est-à-dire la radio numérique. D’après nos informations, c’est finalement la chaîne d’info en continu, LN24, lancée par Joan Condijts, Martin Buxant et Boris Portnoy, qui décroche son ticket d’entrée sur la FM et le numérique. Les deux journalistes partis de l’Echo, pour se lancer dans l’aventure, avaient le 2 septembre comme objectif pour se lancer en télé et en radio. LN24, déjà présent sur les réseaux sociaux avec une matinale en direct, récupère ainsi le réseau urbain « U2 », perdu par DH Radio (IPM). Et devient le troisième média d’informations audiovisuel belge francophone.

Coup dur pour RTL

Ce réseau «U2» faisait l’objet de toutes les convoitises puisque cinq nouveaux candidats s’étaient présentés : Mint (groupe RTL), Chérie FM (Ngroup), Goldie, une radio centrée sur la musique des années 1960 (Ngroup), les télés locales et LN24. Sur les 126 dossiers qui ont été adressés au CSA, 123 ont été retenus par le CSA. Dont ceux de ces cinq candidats. C’est donc un coup dur pour RTL qui échoue une nouvelle fois à inscrire sa chaîne Mint sur la bande FM. «Le projet MiNT se caractérisait par son format unique qui entendait faire la part belle à la culture francophone belge et ainsi œuvrer à la diversité du paysage radiophonique en Fédération Wallonie-Bruxelles, tant sur fond que sur la forme», exprime RTL Belgium en prenant acte de la décision du régulateur. «Si la décision du CSA met un terme définitif au projet MiNT, RTL Belgium souhaite par ailleurs bon courage et bonne chance au projet de radio d’information des lauréats du réseau urbain», ajoute l’entreprise qui se «réjouit» de voir les réseaux de Contact et Bel RTL être renouvelés. Tout comme Nostalgie et NRJ (Ngroup), qui complètent les quatre réseaux communautaires disponibles. Ainsi que Fun Radio qui détient le réseau urbain «U1».

Suite à l’annonce du «Soir» au sujet de l’attribution des fréquences, le CSA précise ce lundi qu’il ne communiquera pas la liste des candidats retenus avant le mercredi 17 juillet. «Aucune communication officielle ne sera rendue publique avant l’envoi des courriers aux éditeurs qui ont candidaté», confirme le régulateur.

Clivage privé-public

Pour rappel, la candidature des télés locales a fait avaler de travers les éditeurs privés. Rappelons que cet appel d’offres ne concerne que les radios privées. Les radios publiques de la RTBF ne doivent pas passer par ce concours. La Fédération Wallonie-Bruxelles leur réserve des fréquences pour pouvoir mener à bien leurs missions de service public. Or, les télévisions locales sont largement subsidiées par les pouvoirs publics. Les patrons de trois groupes radios privés - Philippe Delusinne pour RTL (Bel et Contact), Marc Vossen pour NGroup (Nostalgie, NRJ) et Philippe le Hodey pour IPM (DH Radio) - avaient envoyé une lettre au ministre des Médias Jean-Claude Marcourt pour exprimer leur mécontentement. Le groupe RTL avait même annoncé qu’il irait devant le Conseil d’État si une fréquence était attribuée aux télés locales.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite