Classement WTA: Halep 4e mondiale après sa victoire à Wimbledon, Mertens 21e

©Photonews
©Photonews

La Roumaine Simona Halep est passée de la 7e à la 4e place du nouveau classement WTA publié lundi, deux jours après sa victoire à Wimbledon. L’Australienne Ashleigh Barty reste numéro un mondiale, tandis qu’Elise Mertens conserve sa 21e place.

L’Américaine Serena Williams, battue par Halep en finale de la 3e levée du Grand Chelem, passe du 10e au 9e rang. Eliminée en 8e de finale sur le gazon londonien, Barty reste numéro un mondiale avec 6605 points, devant la Japonaise Naomi Osaka (6257 pts) et la Tchèque Karolina Pliskova (6055 pts).

Halep (5933 pts) prend la 4e place de la Néerlandaise Kiki Bertens (5130 pts), qui recule au 5e rang. L’Allemande Angelique Kerber, éliminée au 2e tour à Londres où elle était tenante du titre, dégringole de la 5e à la 13e place.

Elise Mertens, qui a été jusqu’en 8e de finale à Wimbledon, reste 21e mondiale. La Limbourgeoise est 4e mondiale en double, elle qui a atteint les quarts de finale du double à Wimbledon avec la Biélorusse Aryna Sabalenka.

Alison Van Uytvanck, sortie au 2e tour à Londres, perd six places et se retrouve 64. Également battue au 2e tour de Wimbledon, Kirsten Flipkens recule elle de quatre places, elle est 107e mondiale. Ysaline Bonaventure reste 114e, Greet Minnen gagne cinq places (123e) et Yanina Wickmayer en perd neuf (157e).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite