Accueil Économie Mobilité

Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de CO2

Selon une étude de l’ONG Transport & Environnement, la compagnie irlandaise est le principal bénéficiaire des aides publiques aux petits aéroports. La croissance du trafic aérien entraîne une hausse des émissions de gaz à effet de serre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

C’est une nouvelle dont Ryanair se serait sans doute bien passée : au mois d’avril dernier, on apprenait que la compagnie aérienne à bas coûts avait fait son entrée dans le top 10 des plus gros émetteurs européens de gaz à effet de serre (derrière neuf centrales électriques au charbon). Une situation que l’ONG Transport & Environnement (T & E) a voulu éclairer en se penchant sur le lien entre les aides publiques octroyées aux aéroports européens – singulièrement les plus petits – et le succès du transporteur irlandais, qui les fréquente assidûment. « Nous voulions savoir comment Ryanair était devenue un des plus gros pollueurs d’Europe », explique Andrew Murphy, responsable Aviation chez T & E.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 16 juillet 2019, 10:19

    Les gros porteurs pour les longs trajets polluent bien plus.

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs