À Bruxelles, les détenteurs de panneaux photovoltaïques vont voir leur facture augmenter

Panneaux photovoltaiques à Bruxelles
Panneaux photovoltaiques à Bruxelles - Pierre-Yves Thienpont

Le principe de compensation, qui permet aux propriétaires de panneaux photovoltaïques (d’une puissance inférieure à 5kW) de déduire l’électricité qu’ils injectent de la quantité qu’ils prélèvent sur le réseau et d’ainsi réduire la partie « coût de réseau » de leur facture d’électricité, sera supprimé à partir du 1er janvier 2020 en Région de Bruxelles-Capitale, a annoncé lundi Brugel, le régulateur bruxellois de l’énergie. Le journal L’Echo parle de « la fin du principe du compteur qui tourne à l’envers. »

La compensation restera par contre d’application pour la partie énergie, dite également « commodity », de la facture, dans l’attente de l’adoption d’un éventuel arrêté du gouvernement bruxellois.

« Par cette mise en œuvre, Brugel met fin à une discrimination qui existait auparavant ; dans l’ancien système en effet, les consommateurs ’classiques’ étaient discriminés vis-à-vis des ’prosumers’ par rapport aux frais du réseau de distribution, puisque les ’prosumers’ ne contribuaient à ces frais qu’en raison de la quantité nette d’énergie prélevée (après compensation), alors même qu’ils avaient utilisé le réseau de distribution pour toutes les quantités brutes prélevées », justifie le régulateur bruxellois dans un communiqué.

Brugel rappelle que la décision de mettre fin au mécanisme de compensation est prévue depuis plusieurs années et qu’un arrêt de la cour d’appel de Bruxelles de février 2018 « appuie cette décision ».

Au total, 4.021 « prosumers » bruxellois sont concernés par la fin du principe de compensation. Selon L’Echo, pour un consommateur moyen, cela signifie un alourdissement de la facture annuelle de près de 150 euros.

>> Le Wallon paie trois fois plus que le Bruxellois pour les énergies renouvelables

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les paniers sont composés de fascines de coco dans lesquelles sont placées des plantes subaquatiques.

    Par SANDRA DURIEUX

    Hainaut

    Thuin: des paniers pour végétaliser les berges de la Sambre

  • Le nouveau Pont-à-Ponts ne devrait bientôt plus être une image de sythèse.

    Par SANDRA DURIEUX

    Hainaut

    Tournai: le pont-à-Ponts fermé une semaine

  • Le look du camping va changer radicalement dans les mois à venir...

    Par Mélodie Mouzon

    Namur-Luxembourg

    Florenville : les campeurs quittent le camping de La Rosière

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite