Macron sur Rugy: «Je prends mes décisions sur base de faits, sinon ça devient la République de la délation»

François de Rugy et Emmanuel Macron
François de Rugy et Emmanuel Macron - Photo News

Sauvé ou en sursis ? Le ministre de l’Écologie François de Rugy, qui reste déterminé à tenir face aux attaques liées à des agapes dispendieuses lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale, doit affronter mardi les parlementaires et tenter de calmer une grogne à peine voilée de nombreux pontes de LREM.

De Belgrade, où il est en déplacement, Emmanuel Macron a déclaré lundi avoir « demandé au Premier ministre d’apporter toute la clarté » sur cette affaire. « Je ne prends pas de décisions sur base de révélations mais de faits, sinon ça devient la République de la délation », a-t-il tranché.

Le numéro deux du gouvernement, qui doit s’entretenir mardi matin avec Edouard Philippe pour « leur réunion de travail bi-mensuelle habituelle » selon son entourage, est surtout attendu mardi après-midi lors des questions au gouvernement. « Il va se faire défoncer, tout le monde va y aller contre lui, et à juste titre », prophétise un député LREM, qui prévient : « lorsqu’on nous demandera d’applaudir à ses réponses, on se planquera ».

En début de soirée, le ministre devra défendre devant les sénateurs le projet de loi « énergie-climat », « mais ça m’étonnerait que le sujet soit mis sur la table lors des débats », veut se rassurer un ministre.

Dans l’entourage de François de Rugy, on se borne à indiquer qu’il est « déterminé » à poursuivre son travail.

de Rugy prêt à rembourser chaque euro contesté

Les révélations par Mediapart de dîners fastueux organisés quand il présidait l’Assemblée nationale, de travaux dans son logement de fonctions au ministère ou de son appartement près de Nantes l’ont toutefois sérieusement fragilisé.

Convoqué jeudi à Matignon, M. de Rugy a certes réussi à sauver son poste, mais Édouard Philippe a demandé au secrétariat général du gouvernement de diligenter « une inspection », confiée à la cheffe de la mission d’organisation des services du Premier ministre, Virginie Aubard, afin de vérifier que les travaux entrepris se conformaient au « respect des règles » et « au principe d’exemplarité ».

Ses conclusions doivent être rendues en fin de semaine.

À propos des dîners litigieux, François de Rugy s’est dit prêt à soumettre à « une autorité de contrôle de l’Assemblée » les frais engagés et « à rembourser chaque euro contesté ».

Il a affirmé avoir rencontré la déontologue de l’Assemblée nationale samedi, l’institution refusant de communiquer sur le sujet. Dans un entretien au JDD dimanche, il a répété n’avoir rien fait « qui soit en dehors des clous » et a pu s’afficher dans l’axe du président Macron lors du défilé du 14-Juillet à Paris.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite