Les astronautes d’Apollo 11 ont décollé il y a 50 ans jour pour jour

Les astronautes d’Apollo 11 ont décollé il y a 50 ans jour pour jour

C’était il y a 50 ans jour pour jour: le 16 juillet 1969, trois astronautes américains décollaient pour la Lune depuis la Floride, où deux d’entre eux se retrouveront mardi pour commémorer le lancement de leur mission, Apollo 11.

La Nasa organise toute la semaine une série d’événements pour faire revivre l’aller-retour historique de Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins vers la Lune.

Le commandant Armstrong est mort en 2012, mais ses deux coéquipiers, âgés respectivement de 89 et 88 ans, se retrouveront à l’heure du décollage de leur fusée, mardi à 9H32 exactement, sur le mythique pas de lancement 39A du centre spatial Kennedy pour lancer les festivités.

L’équipage avait mis quatre jours pour atteindre la Lune. Le module lunaire, Eagle, avec Armstrong et Aldrin à bord, a aluni le 20 juillet 1969 à 20H17 GMT, et Armstrong en est sorti quelques heures plus tard, posant le pied sur la Lune à 02H56 GMT le 21 juillet 1969 -- tard aux Etats-Unis, et en pleine nuit pour l’Europe.

Michael Collins était resté seul en orbite lunaire dans la capsule principale, Columbia, seul moyen de transport pour revenir sur Terre.

«Nous savions tous que s’ils ne pouvaient pas redécoller pour une raison quelconque, je n’aurais rien pu faire. Columbia n’avait aucun train d’alunissage. Je n’aurais pas pu descendre pour les secourir», a-t-il dit à New York fin mai lors d’un des nombreux événements auxquels l’ancien astronaute a participé ces derniers mois.

Américains et robots

Buzz Aldrin se fait plus rare, mais il a participé à quelques événements, comme un gala samedi dernier en Californie où le billet le moins cher coûtait 1.000 dollars.

L’homme, vieillissant mais actif sur Twitter et toujours excentrique avec ses chaussettes aux couleurs du drapeau américain, a connu des soucis de santé et de famille, culminant par un conflit judiciaire avec ses enfants concernant ses finances, qui s’est réglé par une trêve en mars dernier.

Mardi, Buzz Aldrin sera toutefois la vedette incontestable, comme deuxième homme à avoir marché sur la Lune. Seuls quatre des 12 hommes à l’avoir fait sont encore en vie.

Mais ces festivités révèlent une cruelle réalité: les Etats-Unis, ni aucun autre pays, n’ont jamais renvoyé d’humains sur la Lune depuis 1972, date de la dernière mission Apollo. Seuls des robots y sont retournés.

Les présidents Bush père, en 1989, et fils, en 2004, avaient bien promis que les Américains y retourneraient, avant d’aller marcher sur Mars... Mais à chaque fois, les discours se sont heurtés à un Congrès et une opinion publique peu enclins à engloutir les mêmes fortunes que dans les années 1960.

Turbulences

A son tour, Donald Trump a relancé la conquête de la Lune (et de Mars), en 2017. Mais l’effet immédiat de cette injonction a été de créer de fortes turbulences au sein de l’agence spatiale.

Mercredi dernier, le patron de l’agence, Jim Bridenstine, un ancien parlementaire nommé par le président Trump, a démis de ses fonctions une figure de la Nasa, Bill Gerstenmaier, qui était responsable de tous les programmes de vols habités.

La raison probable de sa mutation: des désaccords sur l’ultimatum fixé par le gouvernement Trump, 2024, pour le retour d’Américains, dont la première femme, sur le sol lunaire. Cinq années semblent un délai bien trop court alors que ni la fusée, ni la capsule, ni l’alunisseur ne sont prêts voire définis.

Donald Trump a aussi semé le trouble en enjoignant à la Nasa, dans un tweet, d’arrêter de parler de la Lune, et de se concentrer sur Mars. Le président républicain veut «un drapeau sur Mars», a dit Jim Bridenstine. Officiellement, l’objectif est 2033, mais la date est jugée irréaliste par nombre d’experts.

«Nous travaillons à la création d’un plan pour Mars», a-t-il affirmé lundi. «Je ne veux pas dire que 2033 est impossible, pas du tout». Mais pour l’instant, la priorité est la Lune.

A lire aussi

Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong et Buzz Aldrin mettaient le pied sur la Lune, devenant les premiers êtres humains à fouler un autre astre que la Terre. Pour l’occasion, « Le Soir » vous propose une semaine spéciale sur la conquête spatiale. Avec, notamment, ce mardi, l’interview croisée de Dirk Frimout et Frank De Winne. Vendredi: la Une historique de l’édition spéciale du « Soir » publiée en 1969 et samedi, notre supplément: pourquoi s’intéresse-t-on tant à la Lune ? Que peut-on encore y découvrir ?

Rendez-vous en librairie ou abonnez-vous pour 1€ pendant 1 mois sur lesoir.be/abonnement pour ne rien manquer de cette semaine spéciale. Sans engagement.

A voir aussi

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite