Procès Roundup: un juge américain réduit drastiquement des dommages dus par Monsanto

Procès Roundup: un juge américain réduit drastiquement des dommages dus par Monsanto

Un juge américain a drastiquement diminué lundi le montant des dommages que Monsanto avait été condamné à payer en mars dans un procès mettant en cause son désherbant Roundup, la somme étant selon lui trop élevée malgré le comportement «répréhensible» du groupe.

Les dommages «punitifs», selon le terme juridique américain, ont été réduits de 75 millions à 20 millions de dollars par le juge de San Francisco Vince Chhabria, qui a estimé que le premier montant n’était «pas admissible constitutionnellement».

Le juge n’a en revanche pas accédé à la demande de Monsanto d’un nouveau procès, et n’a pas touché aux dommages destinés à compenser les dépenses de santé du plaignant, ses pertes économiques passées et à venir, ainsi que sa souffrance morale. Ces dommages s’élèvent toujours à environ 5 millions de dollars.

Monsanto, racheté par l’allemand Bayer, devra ainsi verser au total plus de 25 millions de dollars à Edwin Hardeman, le retraité américain qui avait attaqué le groupe après avoir été diagnostiqué d’un lymphome non-hodgkinien en 2015. M. Hardeman a expliqué avoir utilisé du Roundup pendant plus de 25 ans pour désherber sa propriété en Californie.

Un jury populaire de San Francisco avait conclut que le désherbant vedette du groupe avait bien causé son cancer, et que Monsanto était coupable de n’avoir rien fait pour prévenir des dangers possibles de son produit au glyphosate.

>Procès Roundup: une consultante liée à Monsanto et Bayer se présentait comme journaliste

« Les dommages punitifs plus élevés que les dommages compensatoires »

«En se fondant sur les preuves qui ont émergé lors du procès, Monsanto mérite d’être puni», a déclaré Vince Chhabria dans son jugement.

«Les preuves soutiennent aisément la conclusion que Monsanto était plus préoccupé par la restriction des enquêtes de sécurité et la manipulation de l’opinion publique que par le fait de s’assurer que son produit était sûr», a-t-il ajouté.

Mais «les dommages punitifs étaient approximativement 15 fois» plus élevés que les «dommages compensatoires», a argumenté le juge.

«Le comportement de Monsanto, s’il est répréhensible, ne justifie pas un tel ratio», a-t-il conclu.

>Malgré les procès, l’achat de Monsanto reste une «bonne idée» pour le patron de Bayer

Les avocats de Monsanto ont qualifié ce jugement de «pas dans la bonne direction», mais ont répété que selon eux le Roundup ne pouvait pas être rendu responsable du cancer de M. Hardeman. Bayer a annoncé son intention de faire appel.

La défense d’Edwin Hardeman a au contraire salué le fait que le juge rejette les arguments de Monsanto qui visaient faire annuler le procès.

«Durant des années, Monsanto a menti sur la sûreté du Roundup et sapé tous les efforts pour informer le public que le Roundup cause le cancer», a déclaré l’une des avocates du septuagénaire, Jennifer Moore. «Le verdict du jury devrait perdurer.»

Monsanto fait face à des milliers d’autres procédures aux Etats-Unis. Lors d’un autre procès en mai, le groupe a été condamné par un jury d’Oakland, près de San Francisco, à verser 2 milliards de dollars à un couple de septuagénaires atteints d’un cancer.

>Procès Roundup: Monsanto condamné à verser 2 milliards de dollars à un couple d’Américains

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite