Procès Roundup: un juge américain réduit drastiquement des dommages dus par Monsanto

Procès Roundup: un juge américain réduit drastiquement des dommages dus par Monsanto

Un juge américain a drastiquement diminué lundi le montant des dommages que Monsanto avait été condamné à payer en mars dans un procès mettant en cause son désherbant Roundup, la somme étant selon lui trop élevée malgré le comportement «répréhensible» du groupe.

Les dommages «punitifs», selon le terme juridique américain, ont été réduits de 75 millions à 20 millions de dollars par le juge de San Francisco Vince Chhabria, qui a estimé que le premier montant n’était «pas admissible constitutionnellement».

Le juge n’a en revanche pas accédé à la demande de Monsanto d’un nouveau procès, et n’a pas touché aux dommages destinés à compenser les dépenses de santé du plaignant, ses pertes économiques passées et à venir, ainsi que sa souffrance morale. Ces dommages s’élèvent toujours à environ 5 millions de dollars.

Monsanto, racheté par l’allemand Bayer, devra ainsi verser au total plus de 25 millions de dollars à Edwin Hardeman, le retraité américain qui avait attaqué le groupe après avoir été diagnostiqué d’un lymphome non-hodgkinien en 2015. M. Hardeman a expliqué avoir utilisé du Roundup pendant plus de 25 ans pour désherber sa propriété en Californie.

Un jury populaire de San Francisco avait conclut que le désherbant vedette du groupe avait bien causé son cancer, et que Monsanto était coupable de n’avoir rien fait pour prévenir des dangers possibles de son produit au glyphosate.

>Procès Roundup: une consultante liée à Monsanto et Bayer se présentait comme journaliste

« Les dommages punitifs plus élevés que les dommages compensatoires »

«En se fondant sur les preuves qui ont émergé lors du procès, Monsanto mérite d’être puni», a déclaré Vince Chhabria dans son jugement.

«Les preuves soutiennent aisément la conclusion que Monsanto était plus préoccupé par la restriction des enquêtes de sécurité et la manipulation de l’opinion publique que par le fait de s’assurer que son produit était sûr», a-t-il ajouté.

Mais «les dommages punitifs étaient approximativement 15 fois» plus élevés que les «dommages compensatoires», a argumenté le juge.

«Le comportement de Monsanto, s’il est répréhensible, ne justifie pas un tel ratio», a-t-il conclu.

>Malgré les procès, l’achat de Monsanto reste une «bonne idée» pour le patron de Bayer

Les avocats de Monsanto ont qualifié ce jugement de «pas dans la bonne direction», mais ont répété que selon eux le Roundup ne pouvait pas être rendu responsable du cancer de M. Hardeman. Bayer a annoncé son intention de faire appel.

La défense d’Edwin Hardeman a au contraire salué le fait que le juge rejette les arguments de Monsanto qui visaient faire annuler le procès.

«Durant des années, Monsanto a menti sur la sûreté du Roundup et sapé tous les efforts pour informer le public que le Roundup cause le cancer», a déclaré l’une des avocates du septuagénaire, Jennifer Moore. «Le verdict du jury devrait perdurer.»

Monsanto fait face à des milliers d’autres procédures aux Etats-Unis. Lors d’un autre procès en mai, le groupe a été condamné par un jury d’Oakland, près de San Francisco, à verser 2 milliards de dollars à un couple de septuagénaires atteints d’un cancer.

>Procès Roundup: Monsanto condamné à verser 2 milliards de dollars à un couple d’Américains

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. Kim en balade, samedi matin, sur la plage du célèbre Burj Al Arab, l’hôtel aux... 7 étoiles. @News

    Tous les regards sur Kim Clijsters à Dubaï

  3. Tristan Moreau et Nathalie Van Tongelen, au coeur du nouveau spectacle, «
Studio 100 part en live
». © Mathieu Golinvaux

    Studio 100 sort de l’écran pour un nouveau show musical

La chronique
  • Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

    Saisissant la perche tendue récemment par David Van Reybrouck, je prends la plume. Le Roi et moi, nous avons un intérêt commun dans le dénouement de la crise politique actuelle. Que serait un Roi sans son royaume ? Que serait une constitutionnaliste sans sa Constitution ? En cas d’éclatement du pays, que deviendront le Roi, sa famille, ses palais et ses yachts ? En tant que constitutionnaliste, que ferai-je de ce know-how constitutionnel local inédit sur BHV, les matières personnalisables et l’autonomie constitutive ? Pas de doute : les constitutionnalistes belges et la famille royale feront le désespoir des bureaux de placement professionnel. De manière à la fois intéressée et désintéressée, je glisse donc au Roi quelques petites recettes.

    Ceci n’est pas une pipe...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: un conseil d’ami, n’essayez plus N-VA et PS

    Mais franchement, qui est surpris ? Koen Geens était bien culotté ce vendredi soir de rejeter la responsabilité de l’échec de sa mission sur Paul Magnette et le PS. Il fallait être Hibernatus ou moine ces derniers mois pour ne pas avoir compris que le PS ne monterait pas dans un gouvernement avec la N-VA. Certains observateurs s’en gaussaient vendredi matin : il n’y avait dans l’interview de Paul Magnette au Soir qu’une confirmation du « jamais avec la N-VA » tant de fois prononcé....

    Lire la suite