L’Angleterre récolte les meilleurs suffrages

Cette vue de Venise s’est vendue un peu moins de 2,8 millions de livres chez Christie’s.
Cette vue de Venise s’est vendue un peu moins de 2,8 millions de livres chez Christie’s. - DR

Sotheby’s a récolté plus de 56,2 millions de livres sterling pendant la soirée du 3 juillet, vendant 31 des 39 lots proposés. Un résultat très satisfaisant avec deux ex æquo en tête du palmarès de cette semaine de ventes. En effet, l’on paya un peu moins de 8,2 millions de livres pour deux œuvres typiquement anglaises. La première est due aux pinceaux de Turner, la seconde à ceux de Gainsborough.

Walton Bridges

Joseph Mallord William Turner peignit cette vue d’un paysage panoramique traversé par la Tamise dans le Surrey à la fin de sa carrière. Le pont qui relie les deux rives du fleuve, plus exactement son prédécesseur en bois, avait déjà été immortalisé par Canaletto dans la décennie 1750. Le traitement très atmosphérique de la scène est caractéristique des œuvres tardives de l’artiste et le pedigree de ce tableau est documenté depuis sa création. En effet, le maître le légua à sa compagne, qui le donna à son tour à son fils. Quatorze ans après la mort de Turner, en 1865, ce dernier le vendit par l’intermédiaire de Christie’s. Il fit plusieurs mains avant de se retrouver en mai 1887 dans la collection de Junius Spencer Morgan, le fondateur de la dynastie financière éponyme, qui le légua à son fils, le célèbre milliardaire américain John Pierpont Morgan. La notoriété dont jouit encore ce dernier est bien entendu liée à la banque qui porte son nom, mais également aux nombreuses donations d’œuvres d’art en provenance de ses collections qu’il fit au Metropolitan Museum de New York, ainsi qu’à la création de la Pierpont Morgan Library dans la même ville. Cette provenance « J.P. Morgan » ajoute encore du prestige à cette œuvre, qui resta dans sa descendance jusqu’en 1982.

« Landscape with Walton Bridges » par Turner fut acquis contre un peu moins de 8,2 millions de livres chez Sotheby’s.
« Landscape with Walton Bridges » par Turner fut acquis contre un peu moins de 8,2 millions de livres chez Sotheby’s. - DR

Early Morning

Peinte par l’un des grands maîtres anglais de la génération précédente, à savoir Thomas Gainsborough, Going to Market. Early Morning témoigne du traitement du paysage dans la décennie 1770. Près de trois quarts de siècle séparent cette œuvre de celle de Turner. Et pourtant ce convoi au lever du jour est tout aussi sensible que le paysage évanescent de Turner. Les corps lourds, encore engourdis de fatigue, la brume qui s’évapore rendent à merveille l’atmosphère de cette scène tirée du quotidien. Le prix de vente est un nouveau record pour l’artiste en vente publique.

« Going to Market. Early Morning », peint par Gainsborough, fut payé un peu moins de 8,2 millions de livres.
« Going to Market. Early Morning », peint par Gainsborough, fut payé un peu moins de 8,2 millions de livres. - D.R.

VENISE

Chez Christie’s, le produit total de la vente se situe à un peu plus de 14,9 millions de livres et 33 lots seulement ont trouvé preneur sur les 53 offerts. Bref, une vente qui ne restera pas dans les annales et qui témoigne de la très cruelle « sélectivité » du marché.

Le meilleur résultat va à une magnifique vue de Venise peinte par Bernardo Bellotto, avec à l’avant-plan le palais des Doges, le tout sous un ciel bleu et avec beaucoup d’animation. Elle fut payée un peu moins de 2,8 millions de livres, soit presque le double de son estimation haute. Exécutée vers 1738, cette œuvre était fort semblable à un prototype créé par l’oncle de l’artiste, Canaletto, pour Charles Paulet, le troisième duc de Bolton. L’on revient donc à l’Angleterre…

Le troisième meilleur prix de la vente de Christie’s consacre, et il s’agit également d’une surprise puisque l’estimation haute a été également presque doublée, à une vue de… Londres. Old London Bridge, peint en 1650 par le Néerlandais Claude De Jongh, a en effet changé de mains contre un peu moins de 1,1 million de livres. Ce précieux témoignage topographique appartint jadis au banquier Thomas Baring issu d’une famille de collectionneurs de premier plan. Une très belle provenance, une fois de plus…

« Old London Bridge » peint par Claude De Jongh en 1650 récolta près de 1,1 million de livres chez Christie’s.
« Old London Bridge » peint par Claude De Jongh en 1650 récolta près de 1,1 million de livres chez Christie’s. - DR

Le 3 juillet, une livre valait 1,115 euro.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  2. BRITAIN ELECTIONS DEBATE

    Johnson-Corbyn : un dialogue de sourds

  3. «
Deliveroo nous a fait signer une nouvelle convention. Conséquence
: je gagne entre 20 et 30
% de moins qu’avant. On me paie 5,32 euros la course désormais
», affirme un livreur.

    Deliveroo, Uber Eats, Takeaway: les coursiers, toujours en dernière ligne

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite