Accueil Sports

Bernal: «Le chrono? Je m’attends à une demi-heure de souffrance»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Actuel porteur du maillot blanc, Egan Bernal a tout pour ramener ces mailles à Paris. « Même si ce n’est pas l’objectif prioritaire, si prestigieux soit ce maillot. Monter sur le podium à la fin de l’étape est un moment énorme mais nous sommes là pour gagner le Tour. Que ce soit moi ou Geraint », assure le tout jeune Sud-Américain, vingt-deux ans et une assurance qui commence à s’affirmer sur le vélo comme devant les caméras. En Occitanie, le vainqueur de Paris-Nice et du Tour de Suisse a multiplié les réponses en espagnol comme en anglais, serein comme s’il évoluait loin de toute la pression. De ces projections plus que sensées qui le voit, d’ici une dizaine de jours, en jaune à Paris. « Mon premier Tour, l’année dernière, m’a permis d’emmagasiner de la confiance et de l’assurance », explique l’escaladeur, vainqueur du Tour en puissance, même s’il préfère tempérer ce propos. « On est bien dans la bagarre. Jusqu’ici, rien ne nous a troublés et nous n’avons jamais dû travailler pour défendre un maillot.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs