Ursula von der Leyen élue de justesse présidente de la Commission européenne

L’actuelle ministre allemande de la Défense est la première femme à la tête de la Commission.
L’actuelle ministre allemande de la Défense est la première femme à la tête de la Commission. - Reuters

Cela va probablement barder là où l’on s’y attendait le moins : au groupe du Parti populaire européen, la famille politique d’Ursula von der Leyen et de sa mentor, la chancelière allemande Angela Merkel. Celle que l’on peut désormais nommer « présidente élue » de la prochaine Commission européenne a été élue de justesse, avec à peine 9 voix de plus que le minimum nécessaire de 374 représentants la majorité absolue, soit 383 voix pour, 287 contre et 22 abstentions.

Personne ne s’attendait à ce que Madame von der Leyen fasse le plein des voix des trois partis politiques qui la soutenaient officiellement (PPE, sociaux démocrates du S&D et libéralo-macroniens de Renew Europe, totalisant à eux trois 444 députés).

Mais tenant compte de légères défections dans les deux premiers, et d’une centaine sur les 154 que compte le troisième, les pronostics tablaient sur 370. A ceux-ci s’étaient ajoutés les voix annoncées positives du Mouvement Cinq Etoiles italien (14 voix) et du PiS national-conservateur polonais (26), qui avait jusqu’à la dernière minute fait attendre sa décision. Sans compter quelques autres probables apports épars. Ce qui aurait dû donner un total d’au moins 410.

Cette élection de justesse constitue une semi-défaite pour la nouvelle présidente, qui démarre son mandat – elle n’entrera en fonction avec sa Commission que le 1er novembre – avec un soutien limité de sa propre majorité. C’est aussi un désaveu flagrant à l’attention des chefs d’Etat ou de gouvernement, qui ont désigné Madame von der Leyen en la « tirant de leur chapeau », l’informant seulement la veille de sa probable nomination au poste dirigeant le plus important de l’Union européenne.

Suivez notre direct :

Via mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite