Ursula von der Leyen élue de justesse présidente de la Commission européenne

L’actuelle ministre allemande de la Défense est la première femme à la tête de la Commission.
L’actuelle ministre allemande de la Défense est la première femme à la tête de la Commission. - Reuters

Cela va probablement barder là où l’on s’y attendait le moins : au groupe du Parti populaire européen, la famille politique d’Ursula von der Leyen et de sa mentor, la chancelière allemande Angela Merkel. Celle que l’on peut désormais nommer « présidente élue » de la prochaine Commission européenne a été élue de justesse, avec à peine 9 voix de plus que le minimum nécessaire de 374 représentants la majorité absolue, soit 383 voix pour, 287 contre et 22 abstentions.

Personne ne s’attendait à ce que Madame von der Leyen fasse le plein des voix des trois partis politiques qui la soutenaient officiellement (PPE, sociaux démocrates du S&D et libéralo-macroniens de Renew Europe, totalisant à eux trois 444 députés).

Mais tenant compte de légères défections dans les deux premiers, et d’une centaine sur les 154 que compte le troisième, les pronostics tablaient sur 370. A ceux-ci s’étaient ajoutés les voix annoncées positives du Mouvement Cinq Etoiles italien (14 voix) et du PiS national-conservateur polonais (26), qui avait jusqu’à la dernière minute fait attendre sa décision. Sans compter quelques autres probables apports épars. Ce qui aurait dû donner un total d’au moins 410.

Cette élection de justesse constitue une semi-défaite pour la nouvelle présidente, qui démarre son mandat – elle n’entrera en fonction avec sa Commission que le 1er novembre – avec un soutien limité de sa propre majorité. C’est aussi un désaveu flagrant à l’attention des chefs d’Etat ou de gouvernement, qui ont désigné Madame von der Leyen en la « tirant de leur chapeau », l’informant seulement la veille de sa probable nomination au poste dirigeant le plus important de l’Union européenne.

Suivez notre direct :

Via mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite