Décès de Robert Waseige: les dix rencontres qui ont fait la légende du Mage de Rocourt (vidéos)

Photo News
Photo News

Robert Waseige est décédé ce mercredi 17 juillet à l’age de 79 ans. Le Rocourtois aura marqué de son empreinte l’histoire du football belge et de notre équipe nationale. Retour sur dix grands moments de sa carrière...

1 : Belgique 0 – Brésil 2 (Huitième de finale de la C.M. 2002)

Un nom : Prendergast. Profession : arbitre jamaïcain. A jamais honni dans l’histoire de notre football. Un but annulé sur une tête de Marc Wilmots avant le repos sauve, sans doute, le Brésil d’une terrible humiliation. Pendant 65 minutes, Scolari et ses hommes se casseront la tête sur l’échiquier dessiné par Waseige et animé par ses Diables à la hauteur de l’événement. Le Brésil file vers sa 5e (et dernière) étoile de champions, la Belgique reçoit, de la FIFA, le prix du fair-play. Celui du silence…

2 : Benfica Lisbonne 1 – RFC Liège 1 (Coupe UEFA - 1/16e finale retour en 1998)

Vainqueurs sur le fil lors du match-aller à Rocourt (2-1) grâce à un doublé de Varga, les Liégeois ne perdent jamais le fil de leur exploit même quand il se retrouvent menés 1-0 et virtuellement éliminés. Un but venu de nulle part du rusé Malbasa ouvre les portes d’une impensable qualification. Car derrière, la défense regroupée autour de de Sart et Giusto devant l’étincelant Ratko Stojic tient bon. Le géant portugais, finaliste de la C1 six mois plus tôt, est à terre.

3 : Pays-Bas 5 – Belgique 5 (Match amical en 1999)

Intrônisé coach fédéral à la suite du limogeage de Georges Leekens, Robert Waseige ne loupe pas ses débuts en jouant à visière découverte chez nos voisins bataves qui ne pensent faire qu’une bouchée des petits Diables. Les Belges mènent 0-2 et 3-4, sont menés 3-2 et 5-4 et sauvent la mise avec Emile Mpenza. Quatre jours plus tard, la Belgique bat le Maroc 4-0. On a retrouvé nos Diables…

4. RFC Liège 2 – Germinal Ekeren 1 (Finale de la Coupe de Belgique en 1990)

Ekeren a sorti le Standard en demi-finales aux tirs au but mais Liège assure son rang de favori – Ernes fait 1-0 dans le premier round avant l’égalisation de Hofmans - même s’il faut attendre la 83e minute pour voir l’inévitable Malbasa offrir au club son premier titre depuis son dernier titre de champion de Belgique en 1953. Le retour à Rocourt restera dans toutes les mémoires avec les joueurs debout sur le toit de leur autocar.

5. Ecosse 2 – Belgique 2 (Eliminatoires de la CM 2002)

Après un Euro décevant – élimination dès le premier tour – nos Diables sont mal embarqués à la mi-temps de ce toujours périlleux déplacement. Menés 2-0, à 10 contre 11 (faute de main de Deflandre pour empêcher un but). Wilmots prend tout le flanc droit à sa charge et ramène l’espoir à 2-1, le duo Valgaeren – Van Buyten bétonne le trafic aérien et, à la dernière seconde, « Big Dan » offre une égalisation inespérée et relance nos Diables vers le Japon. « J’aurai préféré que la Belgique joue à 11 » conclut Craig Brown, le coach écossais. Tout est dit.

6. SC Charleroi - Anderlecht (Coupe de Belgique et championnat en 1993)

En quinze jours le Sporting humilie trois fois de suite le futur champion, Anderlecht, et l’écarte surtout d’une finale de Coupe de Belgique à domicile contre le… Standard. Le 16 mai, au Mambourg, les Zèbres infligent aux Mauves une des deux seules défaites de leur parcours (l’autre c’était 2-5 contre Waregem). En Coupe, les Carolos infligent un double revers (1-2 le 27 mai au stade Vanden Stock ; 3-2 le 31 mai à domicile) dont le Mambourg se souvient encore avec nostalgie.

7. Wacker Tyrol 1 – RFC Liège 3 - Coupe UEFA - 1/32e finale (retour en 1985)

Un petit but à défendre (but de Thans) mais une solidarité à toute épreuve. Pour son retour sur la scène européenne après… 18 ans d’absence (le dernier adversaire européen, le FC Dundee, était venu gagner 1-4 à Rocourt), le RFC Liègeois prend goût à l’épreuve et ne laisse aucune chance aux Autrichiens qui voient Lipka, Thans et de Sart les martyriser de bout en bout. Au tour suivant, Liège s’inclinera devant l’Athletic Bilbao (0-1, 1-3).

8. Tchéquie 0 – Belgique 1 (Barrages éliminatoires C.M. 2002)

Toujours présents à la phase finale de la CM depuis 1982 (Espagne), les Diables visent une 6e participation consécutive. En face, la Tchéquie de Cech, Rosicky et Nedved, futur Ballon d’Or 2003. Petit vainqueur à l’aller (1-0 but de Wilmots) alors que la Belgique a longtemps joué à 11 contre 10, c’est encore Wilmots qui (r)assurera tout le monde avec un penalty tout en fin de match. Japon 2002 – Brésil 2014, il faudra attendre 12 longues années (et encore Wilmots à leur tête) pour revoir les Diables au grand festin mondial. Mais cela, on ne le sait pas encore…

9. SC Charleroi 1 – FC Brussels 2 (Division 1 – championnat 2005)

Lourdé avec peu d’élégance par Abbas Bayat, l’omnipotent président iranien du SC Charleroi, Robert Waseige a repris du service, par amitié pour Johan Vermeersch, son président-entrepreneur au FC Brussels en remplacement d’Emilio Ferrera après 23 journées. Cette victoire extirpe les Bruxellois de la zone rouge (15es) et leur assure un an de plus parmi l’élite. Waseige termine la saison avec 5 victoires et un nul pour ses 11 derniers matches. Suffisant pour sortir la tête haute avec une… 500 e victoire au compteur de son immense carrière.

10. Werder Brême 0 – RFC Liège 2 - Coupe UEFA – quart de finale (retour en 1990)

Liège ayant été battu 1-4 à Rocourt le 7 mars au match aller, l'aventure s'est malheureusement terminée à ce stade malgré des buts de de Sart et Milosevic. Pour en arriver là, le RFC Liège avait éliminé Akranes en 32es de finale, Hibernians Edimbourg en 16es de finale (avec ce superbe but de de Sart des 35 m dans le plafond écossais) et le Rapid Vienne en 8es de finale (3-1 au retour dans un brouillard à couper au couteau et un penalty arrêté par Jacky Munaron tout en fin de match). Une belle campagne!

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • David Elleray s’est exprimé devant la presse à Tubize.

    Par Jonas Bernard

    Division 1A

    David Elleray, patron de l’arbitrage belge: «Nos arbitres sont désormais des athlètes»

  • belgaimage-155853530-full

    Par Etienne Pairoux

    Standard

    Standard: huit jours sous pression pour les Rouches

  • Karim Belhocine a insisté sur l’efficacité avant le déplacement au Cercle.

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Le Sporting de Charleroi encore face à l’inconnu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite