G7 Finances: Le Maire s’attend à des discussions «difficiles» avec les Etats-Unis sur le numérique

G7 Finances: Le Maire s’attend à des discussions «difficiles» avec les Etats-Unis sur le numérique
AFP

Le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire s’attend à des discussions «difficiles» avec les Etats-Unis sur la taxation des géants du numérique lors du G7 Finances de mercredi et jeudi, après le durcissement de la position américaine.

«Ce sera difficile, je le sais. La position américaine s’est durcie récemment» avec l’ouverture d’une enquête sur la taxe récemment approuvée par la France qui pourrait entraîner des sanctions contre Paris, a déclaré le ministre à la presse à l’ouverture de la réunion annuelle des ministres des Finances du G7 à Chantilly (Oise).

Taxation des géants du numérique: le G20 Finances promet de «redoubler d’efforts»

La rencontre bilatérale initialement prévue à 10H30 (08H30 GMT) entre Le Maire et son homologue américain Steven Mnuchin pour évoquer des différends entre les deux pays sur la taxe du numérique, devrait finalement se dérouler dans l’après-midi, a indiqué l’entourage du ministre.

Le secrétaire au Trésor a subi un retard pour se rendre à Chantilly en raison d’un problème à Washington avec son avion Air France, comme l’a constaté un journaliste de l’AFP à bord.

«Je lui redirai que la France maintiendra sa taxation du numérique telle qu’elle a été adoptée par le peuple français à travers le Sénat et l’Assemblée nationale», a expliqué le ministre français, rappelant que son pays la retirera «dès qu’il y aura une taxation adaptée au niveau international».

Avant le début de la réunion, Le Maire a réitéré son appel à ses collègues du G7 à chercher un «consensus» à Chantilly qui «ouvre la voie» à un accord international au sein de l’OCDE d’ici 2020.

«Je voulais dire à quel point un accord au niveau du G7 est décisif», a-t-il déclaré. «Si nous ne trouvons pas d’accord au niveau du G7 sur les grands principes de la taxation du digital aujourd’hui ou demain, franchement ce sera difficile d’en trouver un entre 129 pays à l’OCDE», a-t-il prévenu.

«J’invite chacun à faire tous les efforts de compromis nécessaires pour avancer vers cet accord», a ajouté le ministre, qui a qualifié la Grande-Bretagne «d’allié très motivé» car «elle réfléchit à un dispositif similaire».

Face au risque de multiplication de projets de taxation des géants du numérique -- par la France, mais aussi d’autres pays comme le Royaume-Uni ou encore l’Espagne --, les Etats-Unis ont débloqué en début d’année les négociations au sein de l’OCDE, qui n’avaient pas avancé depuis plusieurs années.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite