Accord de gouvernement à Bruxelles: «L’urgence sociale, priorité pour la prochaine législature», dit Vervoort

Les six partis PS, Ecolo, Défi, Groen, l’Open VLD et One.Brussels (ex-SP.A) ont bouclé les négociations gouvernementales vers 3h30 ce matin. Ils présentent l’accord au Parlement bruxellois. Ce soir, ils le soumettront à leurs instances respectives.

Le gouvernement a décidé de mettre en avant trois axes : l’urgence sociale, la transition écologique et les institutions.

Pascal Smet (one.brussels), Elke Van den Brandt (Groen), Rudi Vervoort (PS), Ecolo's Zakia Khattabi (Ecolo), Laurette Onkelinx (PS), Sven Gatz (Open VLD) et Olivier Maingain (Défi)
Pascal Smet (one.brussels), Elke Van den Brandt (Groen), Rudi Vervoort (PS), Ecolo's Zakia Khattabi (Ecolo), Laurette Onkelinx (PS), Sven Gatz (Open VLD) et Olivier Maingain (Défi) - Belga

La priorité du gouvernement : l’urgence sociale

« Nous voulons apporter une solution à 15.000 Bruxellois qui sont en attente d’un logement social », déclare Rudi Vervoort lors de la présentation de l’accord. Le gouvernement Vervoort III entend aussi faciliter l’accès au logement social. Sans entrer dans le détail, Rudi Vervoort annonce un nouveau de mesures fiscales avant tout destinées à favoriser le maintien de la classe moyenne à Bruxelles.

La transititon écologique

Parmi les objectifs affichés du futur gouvernement bruxellois, celui de faire de Bruxelles une ville exemplaire, décarbonée à l’horizon 2050. Pour ce faire, des investissements massifs dans la mobilité et l’isolation des logements sont annoncés.

Bruxelles zéro carbone en 2050 : « Cela demandera des efforts, Pas seulement du ou de la ministre de l’environnement, mais de tous les ministres », avertit Elke Van den Brandt.

Les institutions

Rudi Vervoort annonce que « la participation citoyenne sera renforcée ». « Des conseils des ministres extraordinaires, thématiques, seront organisés, qui associeront la société civile. » Les droits de succession

Droits de succession

Le gouvernement poursuivra la diminution des droits d’enregistrement et initiera une modernisation des droits de succession

Inconnue sur le casting

Les six partis n’ont pas encoré dévoilé le nom des ministres à attribuer et la répartition précise de leurs compétences. Rudi Vervoort est assuré de conserver son poste de Ministre-président et côté néerlandophone. Il prêtera serment jeudi devant le Roi. On connaît également les deux prochains ministres : Elke Van den Brandt (Groen) et Sven Gatz (Open VLD).

Du côté d’Ecolo, la co-présidente Kakia Khattabi a donné quelques précisions : « Nos militants vont voter sur l’accord de gouvernement, puis notre comité fédéral leur présentera un casting, et ils se prononceront. »

Le direct sur mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite