Louis Michel et Laurette Onkelinx chroniqueurs pour LN24

Louis Michel et Laurette Onkelinx.
Louis Michel et Laurette Onkelinx. - Le Soir

La future chaîne d’info en continu, créée par l’entrepreneur média Boris Portnoy et deux anciens de L’Echo (Joan Condijts et Martin Buxant) n’en finit pas de surprendre concernant la composition de son casting. Après avoir appris qu’elle avait recruté Christine Ockrent, PPDA et Franz-Olivier Giesbert, qui tiendront chaque semaine une chronique pour la chaîne, Le Soir apprend à bonnes sources politiques que deux personnalités majeures du paysage belgo-belge ont à leur tout accepté de se lancer dans l’aventure de la jeune start-up.

Chaque vendredi soir, Laurette Onkelinx (ex-ministre et députée fédérale sortante PS) et Louis Michel (ex-ministre des Affaires étrangères et ancien Commissaire européen) co-animeront en effet une émission de debriefing de l’actualité de la semaine sur LN24.

« Il est exact que Martin Buxant m’a demandé de faire un debriefing de l’actualité. Par sympathie pour lui, j’ai accepté », nous a indiqué Louis Michel. Les deux personnalités se verront certainement confier un rôle plus éditorial.

Experts, observateurs, éditorialistes et chroniqueurs

L’émission sera animée par le journaliste Martin Buxant, concepteur du projet. Mme Onkelinx et M. Michel y assumeront un rôle multifacettes d’expert, d’observateur, d’éditorialiste et de chroniqueur. Si l’on en croit Joan Condijts, rédacteur en chef de LN24, la philosophie de l’émission sera davantage dans la construction que dans la confrontation.

Laurette Onkelinx ne s’en cache pas : ses activités politiques ne lui permettent pas de prendre beaucoup de temps pour regarder la télévision. Elle se dit « surprise » de cette proposition d’une chaîne composée d’« hommes et de femmes qui prennent des risques ».

Sa réponse positive a également été très fortement liée à la présence annoncée de Louis Michel, un personnage avec lequel elle dit avoir eu « des discussions de fond très importantes » dans le gouvernement Verhofstadt, « un rusé et aussi un marchand de camelote (…) qui m’a bluffée dans quelques dossiers emblématiques pour les droits de l’Homme et la défense de la démocratie dans la région des Grands Lacs (RDC) ».

Louis Michel s’est dit motivé par l’espace de parole élargi proposé par l’émission alors que la tendance lourde du moment, dans le spectre médiatique au sens large, est à son rétrécissement, ce qui est une source de frustration pour « ceux qui n’ont jamais pratiqué la langue de bois ». A ses yeux, l’espace d’expression qui s’offre à lui est à l’opposé de l’offre des médias sociaux qui « donnent libre cours à la nature la plus obscure de l’homme, qui s’y cache derrière une sorte d’écran d’invulnérabilité ».

M. Michel a enfin souligné que la participation de Laurette Onkelinx, avec laquelle il a contribué à défendre la laïcité au sein du gouvernement Verhofstadt, n’avait « en tout cas pas » rendu son propre choix « plus difficile ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite