Louis Michel et Laurette Onkelinx chroniqueurs pour LN24

Louis Michel et Laurette Onkelinx.
Louis Michel et Laurette Onkelinx. - Le Soir

La future chaîne d’info en continu, créée par l’entrepreneur média Boris Portnoy et deux anciens de L’Echo (Joan Condijts et Martin Buxant) n’en finit pas de surprendre concernant la composition de son casting. Après avoir appris qu’elle avait recruté Christine Ockrent, PPDA et Franz-Olivier Giesbert, qui tiendront chaque semaine une chronique pour la chaîne, Le Soir apprend à bonnes sources politiques que deux personnalités majeures du paysage belgo-belge ont à leur tout accepté de se lancer dans l’aventure de la jeune start-up.

Chaque vendredi soir, Laurette Onkelinx (ex-ministre et députée fédérale sortante PS) et Louis Michel (ex-ministre des Affaires étrangères et ancien Commissaire européen) co-animeront en effet une émission de debriefing de l’actualité de la semaine sur LN24.

« Il est exact que Martin Buxant m’a demandé de faire un debriefing de l’actualité. Par sympathie pour lui, j’ai accepté », nous a indiqué Louis Michel. Les deux personnalités se verront certainement confier un rôle plus éditorial.

Experts, observateurs, éditorialistes et chroniqueurs

L’émission sera animée par le journaliste Martin Buxant, concepteur du projet. Mme Onkelinx et M. Michel y assumeront un rôle multifacettes d’expert, d’observateur, d’éditorialiste et de chroniqueur. Si l’on en croit Joan Condijts, rédacteur en chef de LN24, la philosophie de l’émission sera davantage dans la construction que dans la confrontation.

Laurette Onkelinx ne s’en cache pas : ses activités politiques ne lui permettent pas de prendre beaucoup de temps pour regarder la télévision. Elle se dit « surprise » de cette proposition d’une chaîne composée d’« hommes et de femmes qui prennent des risques ».

Sa réponse positive a également été très fortement liée à la présence annoncée de Louis Michel, un personnage avec lequel elle dit avoir eu « des discussions de fond très importantes » dans le gouvernement Verhofstadt, « un rusé et aussi un marchand de camelote (…) qui m’a bluffée dans quelques dossiers emblématiques pour les droits de l’Homme et la défense de la démocratie dans la région des Grands Lacs (RDC) ».

Louis Michel s’est dit motivé par l’espace de parole élargi proposé par l’émission alors que la tendance lourde du moment, dans le spectre médiatique au sens large, est à son rétrécissement, ce qui est une source de frustration pour « ceux qui n’ont jamais pratiqué la langue de bois ». A ses yeux, l’espace d’expression qui s’offre à lui est à l’opposé de l’offre des médias sociaux qui « donnent libre cours à la nature la plus obscure de l’homme, qui s’y cache derrière une sorte d’écran d’invulnérabilité ».

M. Michel a enfin souligné que la participation de Laurette Onkelinx, avec laquelle il a contribué à défendre la laïcité au sein du gouvernement Verhofstadt, n’avait « en tout cas pas » rendu son propre choix « plus difficile ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20190821-3VN7N4_high

    Reynders ou Onkelinx? La Belgique n’a plus beaucoup de temps pour désigner son candidat au poste de commissaire européen

  2. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  3. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite