La Commission soupçonne Amazon de pratiques anticoncurrentielles

La Commission européenne lance une enquête approfondie contre Amazon pour suspicion de pratiques anticoncurrentielles.
La Commission européenne lance une enquête approfondie contre Amazon pour suspicion de pratiques anticoncurrentielles. - Reuters

La Commission européenne a annoncé, ce mercredi, sa décision de se pencher sur les pratiques potentiellement anticoncurrentielles d’Amazon. Le géant de l’e-commerce porte en effet une double casquette : il vend ses produits en tant que détaillant mais offre également sa vitrine à d’autres détaillants indépendants, petits ou grands.

La Commission s’inquiète des conditions que fixe le géant américain à ces détaillants pour l’accès à sa vitrine. Une enquête préliminaire de l’institution européenne a conclu que l’entreprise américaine profitait de sa position d’intermédiaire pour collecter des données sensibles sur les détaillants en question, leurs produits et les transactions qu’ils réalisent avec des clients via Amazon. La Commission annonce donc l’ouverture d’une enquête approfondie, un exercice auquel s’est déjà rompu Google, accusé, par exemple, de profiter de sa position dominante en tant que moteur de recherche pour favoriser son propre comparateur de prix, Google Shopping.

Si une enquête de concurrence peut déboucher sur un accord à l’amiable et des remèdes « comportementaux » (c’est-à-dire des changements de pratiques négociés avec ou imposés aux entreprises), elle peut aussi finir par des amendes représentant jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires annuel de la société concernée.

L’opaque « Buy Box »

Dans le cas d’Amazon, la Commission va notamment regarder les accords standards passés avec les vendeurs qui utilisent la vitrine d’Amazon. Elle entend déterminer si et comment l’usage des données sensibles, accumulées par Amazon, sur ces vendeurs (en tant que vitrine) affecte la concurrence en lui donnant un avantage en tant que détaillant.

La Commission se penchera également sur les conditions de sélection des gagnants de la « Buy Box » d’Amazon, c’est-à-dire le bouton « Ajouter au panier », qui augmente la visibilité des vendeurs. Comme le souligne la Commission, la vaste majorité des achats se font via cette Buy Box. L’institution veut savoir le rôle que jouent les données sensibles des vendeurs dans cette sélection.

Cette annonce intervient alors que l’autorité allemande de la concurrence a annoncé un accord avec Amazon pour clarifier la relation entre le géant et ces vendeurs tiers, bien que sur d’autres aspects. Il s’agira, par exemple, de donner aux détaillants un préavis de 30 jours avant de le retirer de la plateforme et de motiver cette décision.

Sur le même sujet
EnquêteMagasinageInternet
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite