Attentat à Manchester: extradé par la Libye, le frère de l’auteur arrêté à son arrivée au Royaume-Uni

Attentat à Manchester: extradé par la Libye, le frère de l’auteur arrêté à son arrivée au Royaume-Uni

Le frère de l’auteur de l’attentat suicide de Manchester qui avait fait 22 morts en 2017 a été arrêté mercredi dans un aéroport londonien, après avoir été extradé par la Libye, a annoncé la police britannique.

Hashem Abedi, frère de Salman Abedi, a été arrêté pour «meurtre, tentative de meurtre et complot visant à provoquer une explosion susceptible de mettre des vies en danger», a indiqué la police de Manchester dans un communiqué.

«Il a été remis par les autorités libyennes à des policiers britanniques ce matin», a précisé Ian Hopkins, un responsable de la police de Manchester. «Ils l’ont escorté sur le vol (vers le Royaume-Uni) et ils ont atterri au Royaume-Uni il y a peu de temps.»

Transféré dans un poste de police, il doit comparaître prochainement devant la justice, a ajouté la police.

«C’est clairement un moment important dans l’enquête», a réagi la Première ministre britannique Theresa May. «J’espère que cette étape réjouira les proches de toutes les victimes», et permettra de porter cette affaire «devant les tribunaux», a-t-elle ajouté.

Une source des services de sécurité libyens avait annoncé un peu plus tôt mercredi son extradition. «Il a été remis aux services de l’ambassade britannique à l’aéroport de Mitiga (près de Tripoli), conformément à une décision de la justice libyenne et à la demande des autorités britanniques», avait indiqué Ahmed Ben Salem, porte-parole de la Force de Radaa, un groupe armé qui détenait l’accusé et qui fait office de police dans la capitale libyenne.

Suffisament de preuves

La Force de Radaa (dissuasion) loyale au Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) reconnu par l’Onu, avait arrêté le frère et le père de Salman Abedi quelques jours après l’attentat. Le père avait été libéré quelques semaines plus tard.

Cette force avait alors indiqué alors que Hashem Abedi avait «admis qu’il se trouvait en Grande-Bretagne durant la période de préparation de l’attentat» et qu’il était «pleinement au courant des détails de cette opération terroriste».

La police de Manchester avait affirmé de son côté avoir recueilli suffisamment de preuves pour demander et obtenir un mandat d’arrêt contre Hashem Abedi.

D’habitude, la Libye n’extrade pas ses ressortissants.

Le 22 mai 2017, Salman Abedi avait fait exploser sa bombe à la sortie d’une immense salle de concert dans laquelle venait de se produire la pop star américaine Ariana Grande. Vingt-deux personnes avaient été tuées, dont sept enfants. Une centaine de personnes avaient été blessées.

Salman Abedi, un Britannique de 22 ans d’origine libyenne, se serait rendu en Libye à la veille de cet attentat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite