Concurrence: l’Union européenne inflige 242 millions d’euros d’amende à Qualcomm

Concurrence: l’Union européenne inflige 242 millions d’euros d’amende à Qualcomm

La Commission européenne a infligé jeudi une amende de 242 millions d’euros au géant américain des composants électroniques Qualcomm, accusé de pratiquer des prix inférieurs aux coûts de production dans le but d’évincer un concurrent du marché.

L’enquête de l’exécutif portait spécifiquement sur le marché des composants qui permettent à un appareil mobile de se connecter à internet.

«Qualcomm a vendu ces produits à un prix inférieur aux coûts (de fabrication) à de gros clients dans le but d’éliminer un concurrent», a résumé la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, dans un communiqué.

Le géant américain est accusé d’avoir abusé de sa position dominante en mettant en place cette pratique --dite de «prix d’éviction"-- entre mi-2009 et mi-2011, avec deux clients, les géants chinois des télécommunications ZTE et Huawei.

L’objectif était d’"éliminer» le Britannique Icera, «son principal concurrent de l’époque», qui «était en train de devenir un fournisseur viable», poursuit l’exécutif européen.

Icera avait été racheté en mai 2011 par la société de technologies américaine Nvidia, qui a décidé en 2015 de liquider la branche d’activité concernée par l’enquête de la Commission.

Cette amende fait suite à une première amende de 997 millions d’euros infligée en janvier 2018 pour un autre comportement jugé abusif de Qualcomm, qui avait versé d’énormes sommes à son client Apple pour qu’il ne s’approvisionne pas auprès de ses rivaux.

>Apple aurait déboursé 4,5 milliards pour son deal avec Qualcomm

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite