Les travailleurs pourront bientôt acheter des trottinettes avec leurs écochèques

Les travailleurs pourront bientôt acheter des trottinettes avec leurs écochèques

Les travailleurs pourront acheter des trottinettes, des monoroues ou des hoverboards, qu’ils soient sans moteur ou pourvus d’un moteur électrique, avec leurs écochèques à partir du 1er septembre, a-t-on appris jeudi. Ainsi en a décidé le Conseil national du travail, qui réunit les partenaires sociaux.

La liste des produits et services pouvant être acquis avec des écochèques a été complétée à la suite de l’instauration du budget mobilité depuis le 1er mars dernier. La dimension de «mobilité douce» au sein de ce budget est importante et justifie cette modification, selon le Conseil national du travail.

Le budget mobilité permet aux travailleurs de répartir librement une somme d’argent sur divers moyens de transport, de manière à ce qu’ils atteignent leur lieu de travail de façon plus fluide, tout en respectant davantage l’environnement.

Dans les faits, certains commerces acceptent déjà le paiement par écochèques pour ces modes de transports.

>Comment dépenser vos écochèques?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite