Brexit: les députés britanniques votent pour avoir leur mot à dire en cas de «no deal»

Brexit: les députés britanniques votent pour avoir leur mot à dire en cas de «no deal»

Les députés britanniques ont voté jeudi en faveur d’un amendement empêchant le prochain Premier ministre de suspendre le Parlement pour mettre en oeuvre un Brexit sans accord avec l’Union européenne sans que les parlementaires n’aient leur mot à dire.

L’amendement a été approuvé par 315 voix contre 274.

C’est un message clair envoyé à Boris Johnson, candidat favori au poste de chef du gouvernement britannique, qui martèle depuis le début de sa campagne que le Royaume-Uni quittera l’Union européenne le 31 octobre, accord ou pas, rendant la possibilité d’un «no deal» de plus en plus tangible.

S’il est Premier ministre et qu’il échoue à renégocier avec l’UE l’accord de divorce, Boris Johnson assure qu’il ne demandera pas de nouveau report du Brexit, se disant prêt à faire sortir le pays sans accord, un scénario dont les conséquences sont redoutées par les milieux économiques.

Le divorce avec l’UE, initialement prévu le 29 mars, a déjà été repoussé deux fois et est désormais fixé au 31 octobre.

Si le scénario d’un Brexit sans accord se profilait, suspendre le Parlement permettrait au futur chef du gouvernement d’empêcher les députés de se prononcer pour ou contre, puisque ces derniers ne siègeraient pas.

Selon la chaîne britannique Sky News, les équipes de Boris Johnson considèrent cette possibilité.

Le cas de l’Irlande du Nord

Le message des parlementaires est d’autant plus fort que 17 députés conservateurs ont défié les consignes de vote de leur parti et voté en faveur de l’amendement présenté par le député travailliste Hilary Benn.

La secrétaire d’Etat au Numérique Margot James, qui fait partie de ces 17 conservateurs, a démissionné dans la foulée.

Le Parlement doit siéger «à un moment crucial pour ce pays», a déclaré Hilary Benn. Le Bureau de la responsabilité budgétaire (OBR) a prévenu jeudi que le Royaume-Uni devrait entrer en récession en cas de Brexit sans accord.

Dans le détail, le vote portait sur l’Irlande du Nord, province britannique dépourvue d’exécutif local depuis 2017. L’amendement requiert que les députés siègent de manière régulière, sans suspension, pour suivre l’avancée des pourparlers visant à restaurer un pouvoir local en Irlande du Nord.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

  3. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite