Les députés ont 48 heures pour décider de soutenir ou non le gouvernement bruxellois

Rudi Vervoort lors de la séance plénière du parlement bruxellois
Rudi Vervoort lors de la séance plénière du parlement bruxellois - Photo News

Les députés bruxellois décideront par un vote, samedi après 16 heures, s’ils accordent leur confiance au nouveau gouvernement bruxellois socialiste, écologiste, DéFI et Open Vld, soit 48 heures après la lecture de la déclaration politique lue jeudi par Rudi Vervoort.

Le ministre-président bruxellois, qui s’est succédé à lui-même, à la tête d’une coalition régionale sensiblement remaniée, à la suite du scrutin du 26 mai dernier a exposé les intentions des partenaires appelés aux commandes du navire régional pour les cinq prochaines années.

Il l’a fait en mêlant les matières de la Région et celles de la Commission Communautaire Commune, une première depuis la naissance de la Région-capitale.

« A l’échelle du territoire bruxellois, les réponses pertinentes aux enjeux sociaux, environnementaux et économiques sont transversales. Le citroyen ne peut souffrir d’une division institutionnelle. Nous entendons, dès lors, mobiliser les nouvelles compétences relevant tant de la Région que de la Commission Communautaire commune et les exercer au moyen de politiques croisées », a justifié le ministre-président.

M. Vervoort a brossé un tableau un peu plus détaillé que celui qu’il avait présenté il y a deux jours à la presse, des actions qui seront entreprises au cours des cinq prochaines années pour répondre aux urgences sociale et climatique jugées prioritaires et améliorer une série d’aspects de gouvernance démocratique, institutionnelle et financière en Région-capitale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite