Demande américaine de troupes belges en Syrie: «Il faudra un débat au parlement», réagit Didier Reynders

Demande américaine de troupes belges en Syrie: «Il faudra un débat au parlement», réagit Didier Reynders
Bruno Dalimonte

La Belgique a reçu le 23 mai une lettre du secrétaire d’Etat américain à la Défense, Patrick Shanahan, qui demandait une contribution dans la lutte contre l’Etat Islamique (EI ou Daesh selon son acronyme arabe) en Syrie, à l’heure où les Etats-Unis veulent retirer leurs troupes du nord-est de la Syrie, a indiqué jeudi le ministre des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders, en commission de la Chambre.

Cette demande portait sur l’engagement de troupes au sol, d’avions pour des missions de reconnaissance et de bombardement, et de personnel médical.

Le ministre a rappelé les balises mises par le gouvernement et le parlement, notamment le refus d’engager des troupes au sol. « Si cela devait changer, il faudra un débat au parlement », a fait remarquer M. Reynders.

Pour le reste, le ministre ne s’est pas avancé : la Belgique a répondu que la demande devait être analysée au sein de la Défense et toute contribution éventuelle devait être approuvée politiquement.

Dans le cadre de la lutte contre Daesh, la Belgique a mené des opérations aériennes en envoyant des chasseurs bombardiers F-16 au-dessus de l’Irak et de la Syrie, et a collaboré à la formation de troupes irakiennes. Dans ce cadre, des soldats belges ont participé à des missions de reconnaissance. Le 22 août 2017, l’agence Associated Press avait publié des photos de forces spéciales belges à proximité de la ligne de front dans l’offensive de Tal Afar contre Daesh dans le nord de l’Irak.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ici, les motifs se supposés signifier à quel genre appartient le requin.

    Comment des requins arrivent à devenir vert fluo

  2. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  3. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite