«Donald Trump est un fasciste»: une élue démocrate musulmane répond aux virulentes attaques du président

«Donald Trump est un fasciste»: une élue démocrate musulmane répond aux virulentes attaques du président
AFP

L’élue démocrate Ilhan Omar s’est dite jeudi « convaincue » que Donald Trump était « un fasciste », après que le président américain l’a accusée de détester les Etats-Unis et l’a appelé à « retourner » dans son pays d’origine.

« On ne nous fera pas taire », répond une élue noire démocrate attaquée par Trump

« Je suis convaincue que c’est un fasciste », a dit à des journalistes l’élue du Minnesota, de confession musulmane, tout en dénonçant la volonté de M. Trump et de ses partisans de faire taire « le débat démocratique et les divergences d’opinions » dans le pays.

« Ce n’est pas à propos de moi, c’est à propos de notre combat pour ce que devrait réellement être notre pays », a-t-elle ajouté.

« Renvoyez-la ! »

La parlementaire avait été prise pour cible la veille par les partisans du milliardaire républicain, qui avaient scandé « Renvoyez-la ! « à l’évocation d’Ilhan Omar, fille de réfugiés somaliens et élue au Congrès en 2018.

Donald Trump l’affirme : « Il n’y a pas une once de racisme en moi »

« Cela ne m’a pas plu. Je ne suis pas d’accord avec cela », a déclaré jeudi M. Trump, qui a écouté mercredi soir la foule reprendre cette formule à plusieurs reprises sans dire un mot.

Le locataire de la Maison Blanche a aussi assuré, contre toute évidence, qu’il avait essayé d’interrompre ces chants. « J’ai commencé à parler très rapidement », a-t-il avancé.

Le président a violemment attaqué ces derniers jours Ilhan Omar et trois autres élues démocrates issues des minorités, les accusant « d’aimer les ennemis » de l’Amérique et les invitant à quitter le pays si elles n’y étaient pas heureuses.

Ces propos ont provoqué un tollé, notamment chez les démocrates qui ont dénoncé des propos « racistes » et « xénophobes ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite