Comment financer la mobilité à Bruxelles? «Il faudra trouver des solutions budgétaires», admet Alain Maron

Le nouveau ministre bruxellois de l’Environnement, Alain Maron (Ecolo)
Le nouveau ministre bruxellois de l’Environnement, Alain Maron (Ecolo) - Belga

Le nouveau ministre bruxellois de l’Environnement, de l’Energie et du Climat, Alain Maron, a reconnu ce jeudi soir sur le plateau de la RTBF avoir eu d’« assez grosses craintes » en ce qui concerne le financement du plan d’investissement de la Stib et du métro, lors du début des négociations.

« L’ensemble du cadre budgétaire régional est sous tension comme dans toutes les entités, on ne va pas se mentir », a admis ce jeudi soir Alain Maron au JT de la RTBF.

La N-VA «très critique» sur la déclaration gouvernementale: «Les Bruxellois ont été trompés»

Le nouveau gouvernement bruxellois souhaite notamment mettre en place le plan pluriannuel de la Stib dont l’offre de transports en surface a été renforcée. Le projet du métro 3, nouvelle ligne qui va relier Bordet à Albert, « va coûter très très cher », précise Alain Maron. Soit 2 milliards d’euros « dont 1.5 milliards d’euros financés par la Région bruxelloise. »

« Sortir des normes européennes »

Mais comment le nouveau gouvernement compte concrètement financer ces projets ambitieux ? « Il faudra trouver des solutions budgétaires qui passeront potentiellement par de la débudgétisation des gros investissements », a indiqué l’écologiste. En d’autres mots : « sortir du cadre budgétaire et des normes européennes. » Une technique « déjà utilisée auparavant par toutes les entités » et qui sera « éventuellement amplifiée. »

Le nouveau ministre compte également optimiser un certain nombre de dépenses : « Il y a sans doute moyen de faire mieux avec moins d’argent. »

Et la gratuité de la Stib, c’est le contribuable qui la paie ? À cette question, Alain Maron se veut rassurant : « La gratuité est extrêmement ciblée : sur les moins de 25 ans et les plus de 65 ans. Ces coûts sont relativement mesurés a priori. Ce n’est pas ça qui devrait nuire aux capacités d’investissement de la Stib au regard des milliards d’euros nécessaires pour améliorer le réseau. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite