Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de «fasciste»

Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de «fasciste»

Je suis convaincue que c’est un fasciste»: l’élue démocrate Ilhan Omar a répondu jeudi à Donald Trump au lendemain d’un meeting de campagne du président américain où elle a été violemment prise pour cible par ses supporters.

«Il ne s’agit pas de moi, il s’agit de notre combat pour ce que devrait réellement être notre pays», a lancé l’élue du Minnesota (nord), fille de réfugiés somaliens, à laquelle M. Trump a conseillé de «retourner» dans son pays d’origine.

Le jeune femme de confession musulmane, dont les déclarations sur Israël il y a quelques mois ont provoqué une vive polémique, a dénoncé avec force la volonté de M. Trump de faire taire «le débat démocratique et les divergences d’opinions».

«Renvoyez-la! Renvoyez-la!», ont scandé mercredi soir en Caroline du Nord des centaines de partisans du milliardaire républicain, galvanisés par ce dernier lors d’un meeting «Make America Great Again».

A 473 jours de l’élection, ce meeting de Greenville a peut-être marqué un tournant.

>Trump dit à des élues démocrates du Congrès de «retourner» d’où elles viennent

Vague d’indignation

Face au tollé, le milliardaire septuagénaire a tenté jeudi, sans convaincre, de prendre ses distances avec cette séquence qui a provoqué une vague d’indignation à travers les Etats-Unis.

«Cela ne m’a pas plu. Je ne suis pas d’accord avec cela», a-t-il déclaré, assurant --contre toute évidence-- avoir essayé d’interrompre ces chants en reprenant rapidement la parole.

Debout derrière un podium portant le sceau présidentiel, il n’a, à aucun moment, tenté de calmer la foule, écoutant sans dire un mot ce nouveau slogan qui fait écho, dans un autre registre, aux célèbres «Enfermez-la!» scandés en 2016 concernant la candidate démocrate Hillary Clinton.

Pointes ironiques à l’appui, il a égrené les noms des quatre élues démocrates issues de minorités qu’il attaque avec violence depuis quatre jours. Dans une ambiance électrique, il a multiplié les piques.

S’il veut rester à la Maison Blanche quatre ans de plus, Donald Trump devra rééditer l’exploit de 2016 quand il a remporté sur le fil trois Etats-clés: Michigan, Pennsylvanie, Wisconsin.

Après deux années et demi chaotiques, il aurait pu, comme l’espéraient certaines voix conservatrices, opter pour une forme de présidentialisation. Il a fait le choix inverse: souffler sur les braises des tensions raciales pour s’assurer le soutien de son socle électoral, très majoritairement blanc.

«Il a besoin que son électorat de 2016 se mobilise, de toutes les voix sans exception. Il pense que c’est la bonne stratégie pour les électriser», résume Wendy Schiller, qui enseigne les sciences politiques à Brown University.

Selon elle, «le risque est qu’il mobilise sa base électorale mais, ce faisant, mobilise aussi avec force la base électorale démocrate».

«Ignoble et lâche»

Pour l’heure, Donald Trump fonce. Et durcit chaque jour un peu plus sa rhétorique, répétant à l’envi sa nouvelle ligne d’attaque: «Ils n’aiment pas notre pays. Vous savez quoi? S’ils ne l’aiment pas, dites-leur de le quitter!»

«Voter pour un démocrate en 2020, quel qu’il soit, c’est voter pour la montée en puissance du socialisme radical, la destruction du rêve américain et, pour le dire clairement, la destruction de notre pays», a-t-il conclu mercredi soir, des propos peu communs dans la bouche d’un président américain.

La séquence a suscité l’indignation dans le camp démocrate.

«C’est ignoble. C’est lâche. C’est xénophobe. C’est raciste. Cela souille la fonction présidentielle», a réagi la sénatrice démocrate Kamala Harris, candidate à la succession de Donald Trump.

Reste la question de l’attitude du parti républicain.

La réaction est, pour l’heure, la même qu’à chaque polémique aux accents xénophobes déclenchée par l’ancien homme d’affaires de New York: quelques voix s’élèvent pour exprimer leur indignation mais les ténors du parti font bloc, minimisant les propos ou faisant mine de regarder ailleurs.

Jeudi matin, un élu modéré du Grand Old Party a fait entendre sa différence: Adam Kinzinger.

«Je suis en désaccord profond avec l’extrême gauche et j’ai été écoeuré par leur ton», a tweeté le jeune élu de l’Illinois. «Mais je me suis réveillé ce matin écoeuré: les slogans ‘Renvoyez-la!’ sont répugnants et feraient trembler nos pères fondateurs ».

Une autre voix, celle d’Anthony Scaramucci, qui fut éphémère directeur de la communication de la Maison Blanche, s’est faite entendre.

Jugeant les tweets présidentiels « racistes et inacceptables », il l’a mis en garde: « Le président doit comprendre que s’il continue dans cette voie, un bloc d’électeurs va se détacher à la manière d’un iceberg qui se brise et s’éloigne ».

>«Donald Trump est un fasciste»: une élue démocrate musulmane répond aux virulentes attaques du président

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite