L’Autorité de la Grande barrière de corail veut des mesures contre le changement climatique

L’Autorité de la Grande barrière de corail veut des mesures contre le changement climatique

L’autorité de gestion de la Grande barrière de corail s’est démarquée du gouvernement conservateur australien pour réclamer «les actions les plus fortes et les plus rapides possibles» contre le changement climatique afin de sauver le site inscrit au patrimoine mondial de l’humanité.

L’Autorité du parc marin de la Grande barrière de corail, un service gouvernemental, écrit dans une étude publiée cette semaine qu’il faut réduire de manière urgente les émissions de gaz à effet de serre, à la fois en Australie et dans le monde, pour protéger l’immense récif corallien.

La hausse de la température de l’eau liée au changement climatique a eu des effets dévastateurs sur de vastes étendues de la Grande barrière, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1981 et qui s’étend sur environ 2.300 kilomètres le long de la côte nord-est de l’Australie. Elle a subi en 2016 et 2017 deux épisodes de blanchissement sans précédent de ses coraux.

Les émissions australiennes de gaz à effet de serre ont augmenté ces quatre dernières années et le gouvernement conservateur récemment réélu soutient le gigantesque secteur minier du pays.

Réduire les épisodes de blanchiement

Canberra a renoncé à inscrire dans la loi les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre inscrits dans l’accord de Paris de 2015. Les spécialistes doutent que l’Australie parvienne à les réduire de 26-28% par rapport aux niveaux de 2005 pour 2030 comme promis.

L’Autorité de la Grande barrière prévient cependant que «seules les actions les plus fortes et les plus rapides en matière de changement climatique pourront réduire les risques et limiter les répercussions du changement climatique sur le récif».

«Des pertes supplémentaires de coraux sont inévitables et peuvent être minimisées en limitant au maximum l’augmentation des températures mondiales», dit le rapport.

Si les émissions se poursuivent à leur rythme actuel, les épisodes de blanchissement pourraient se produire deux fois par décennie aux environs de 2035 puis devenir annuelles vers 2050.

«Si le blanchissement devient plus fréquent et plus intense, les récifs n’auront pas assez de temps pour se remettre et se maintenir en tant que systèmes dominés par les coraux».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite