Amputé à la suite d’une fusillade, il affirme trouver sa photo sur des paquets de cigarettes

Amputé à la suite d’une fusillade, il affirme trouver sa photo sur des paquets de cigarettes

Un Albanais amputé d’une jambe à la suite d’une fusillade affirme avoir découvert une photo de son moignon sur des paquets de cigarettes, où elle illustre un avertissement contre le tabagisme, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat.

Cet homme, installé à Metz, a reconnu sa jambe, amputée en haut de la cuisse, sur des paquets de cigarettes, en illustration de l’avertissement « fumer bouche vos artères », alors qu’il a été blessé dans une fusillade intervenue en Albanie en 1997, a expliqué à l’AFP Me Antoine Fittante, confirmant une information du Républicain lorrain.

« Ce n’est pas une question d’argent. Il souhaite le retrait de cette photographie. Il est profondément atteint dans sa dignité », a insisté Me Fittante.

Selon son client, qui se trouve « en France depuis deux ans », la photo a été prise lorsqu’il a consulté en juin 2018 dans un centre orthopédique pour être appareillé.

Expertise

Mais, interrogée par l’AFP, la Commission européenne a indiqué qu’« il n’existe que 42 photos au total qui sont validées et imprimées sur les paquets de cigarettes ». Or, « ce sont les mêmes qui circulent depuis 2014 », soit bien avant la date de la consultation.

Interrogée par Le Parisien, elle s’est montrée encore plus ferme : « Nous disposons de l’identité, de l’accord et des droits pour toutes les personnes photographiées pour cette campagne (anti-tabagisme). Au vu des informations dont nous disposons, nous pouvons affirmer sans aucun doute que cet individu n’en fait pas partie », tranche-t-elle.

« Il faudra bien qu’on me justifie que cette photographie date de 2014 et qu’elle ne concerne pas mon client », a rétorqué Me Fittante.

« Qu’on nous soumette (le cliché) original pour qu’on le soumette à une expertise », a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite