Jeune noir tué par un policier à Chicago en 2014: 4 policiers limogés pour avoir tenté de couvrir la bavure

Jason Van Dyke
Jason Van Dyke

Quatre policiers qui avaient menti sur les circonstances dans lesquelles un de leur collègue avait tiré sur un jeune noir de 17 ans en 2014 à Chicago, une affaire qui avait déclenché des mois de manifestations dans la troisième ville des Etats-Unis, ont été limogés, a annoncé la police.

Le policier blanc Jason Van Dyke, qui avait tiré 16 fois sur le jeune Laquan McDonald qui tenait un couteau à la main, avait été jugé coupable de meurtre au second degré et condamné en janvier à sept ans de prison.

>Etats-Unis : un policier blanc de Chicago reconnu coupable du meurtre d’un jeune Noir

Ses collègues, qui avaient menti sur le danger présenté par le jeune noir pour tenter de protéger leur collègue, avaient également fait l’objet d’un procès mais avaient été acquittés de l’accusation de « complot pour tenter de faire disparaître les preuves » de la bavure. Au contraire, avait souligné le juge, ils avaient conservé la vidéo incriminant leur collègue.

Cette vidéo, tournée le soir du meurtre, montrait Jason Van Dyke tirant sur l’adolescent à plusieurs mètres de distance et continuant à vider son chargeur une fois le jeune homme à terre.

Sa diffusion, un an après les faits, avait provoqué des mois de protestation, le cas McDonald devenant un symbole de la brutalité policière envers les noirs, et de la très grande méfiance de ces derniers envers la police.

Le chef de la police et le procureur général de la ville avaient tous les deux été limogés à l’époque.

Et le nouveau maire de Chicago, une avocate noire de 56 ans sans expérience politique mais qui s’était fait connaître en président une commission de surveillance de la police mise en place après la mort de Laquan McDonald, a été élue en grande partie grâce à sa promesse de faire disparaître les préjugés racistes dans la police.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200122-3YF0AL 2020-01-22 14:50:37

    Vanessa Springora au «Soir»: «Ce livre a déclenché une onde de choc fantastique»

  2. PHOTONEWS_10849088-007

    L’installation de Harry et Meghan au Canada ne s’effectue pas sans difficultés

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite