Jeune noir tué par un policier à Chicago en 2014: 4 policiers limogés pour avoir tenté de couvrir la bavure

Jason Van Dyke
Jason Van Dyke

Quatre policiers qui avaient menti sur les circonstances dans lesquelles un de leur collègue avait tiré sur un jeune noir de 17 ans en 2014 à Chicago, une affaire qui avait déclenché des mois de manifestations dans la troisième ville des Etats-Unis, ont été limogés, a annoncé la police.

Le policier blanc Jason Van Dyke, qui avait tiré 16 fois sur le jeune Laquan McDonald qui tenait un couteau à la main, avait été jugé coupable de meurtre au second degré et condamné en janvier à sept ans de prison.

>Etats-Unis : un policier blanc de Chicago reconnu coupable du meurtre d’un jeune Noir

Ses collègues, qui avaient menti sur le danger présenté par le jeune noir pour tenter de protéger leur collègue, avaient également fait l’objet d’un procès mais avaient été acquittés de l’accusation de « complot pour tenter de faire disparaître les preuves » de la bavure. Au contraire, avait souligné le juge, ils avaient conservé la vidéo incriminant leur collègue.

Cette vidéo, tournée le soir du meurtre, montrait Jason Van Dyke tirant sur l’adolescent à plusieurs mètres de distance et continuant à vider son chargeur une fois le jeune homme à terre.

Sa diffusion, un an après les faits, avait provoqué des mois de protestation, le cas McDonald devenant un symbole de la brutalité policière envers les noirs, et de la très grande méfiance de ces derniers envers la police.

Le chef de la police et le procureur général de la ville avaient tous les deux été limogés à l’époque.

Et le nouveau maire de Chicago, une avocate noire de 56 ans sans expérience politique mais qui s’était fait connaître en président une commission de surveillance de la police mise en place après la mort de Laquan McDonald, a été élue en grande partie grâce à sa promesse de faire disparaître les préjugés racistes dans la police.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Deliveroo nous a fait signer une nouvelle convention. Conséquence
: je gagne entre 20 et 30
% de moins qu’avant. On me paie 5,32 euros la course désormais
», affirme un livreur.

    Deliveroo, Uber Eats, Takeaway: les coursiers, toujours en dernière ligne

  2. Grâce à un single, la machine marketing du deuxième opus a été lancée avant même la sortie du film.

    L’effet Reine des Neiges, ou comment Disney règne sur le box-office

  3. Jennifer Williams, conseillère spéciale du vice-président américain Mike Pence, et le lieutenant-colonel Alexander Vindman, membre du Conseil de sécurité nationale
: deux témoignages majeurs devant la commission du Renseignement de la Chambre qui mène l’enquête au pas de course.

    L’«affaire ukrainienne» de Trump racontée par des témoins directs

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite