Accueil Culture Livres

Bande dessinée: Le tour de France rêvé par Cabanes

Max Cabanes, le rêveur de réalité, donne libre cours à sa passion pour le Tour de France dans un album beau comme les ciels d’une grande étape pyrénéenne.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Jeune auteur reporter, Max Cabanes avait sucé la roue du peloton du Tour de France en juillet 1989. Au bout des 21 étapes, il avait assisté médusé à la victoire de Greg Lemond sur les Champs Elysées avec le plus petit écart jamais enregistré : 8 secondes d’avance sur Laurent Fignon, le champion de la détresse…

C’est le récit de cette invraisemblable victoire que le Grand Prix d’Angoulême de la bande dessinée immortalise, trente ans plus tard, avec les couleurs d’un rêve d’enfant. Tout petit, Max Cabanes faisait déjà le Tour sur une chaise de la cuisine familiale, dont il transformait les murs en pentes du mont Ventoux ! Le vendredi 30 juin 1989, il a pris le départ pour de vrai, à Luxembourg.

« J’étais ce môme qui avait suivi jadis les exploits du Tour au transistor et qui voyait enfin les figurines de plomb rouler à 60, tomber dans des ravins et manger comme des ogres, le soir, en chantant victoire dans des hôtels hallucinés. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs