Trump: «Beaucoup de personnes m’ont demandé d’aider» le rappeur ASAP Rocky

Trump: «Beaucoup de personnes m’ont demandé d’aider» le rappeur ASAP Rocky
AFP

Donald Trump a affirmé vendredi que «beaucoup de personnes» lui avaient «demandé d’aider» le rappeur américain ASAP Rocky, soupçonné d’agression et placé en détention en Suède depuis le 3 juillet, confirmant ainsi des informations parues dans la presse américaine la veille.

ASAP Rocky en garde à vue: plus de 370.000 personnes signent une pétition pour sa libération

Un tribunal suédois a ordonné vendredi le maintien en détention jusqu’au 25 juillet du rappeur new-yorkais, soupçonné d’agression après une rixe en Suède, où il se trouvait pour un concert.

Dans le monde du rap et du divertissement américain, une vague de soutien au jeune artiste, également populaire dans le milieu de la mode, s’est formée.

La presse américaine a rapporté jeudi que Kim Kardashian, la femme du rappeur Kanye West, avait joué de ses accès à la Maison Blanche pour tenter de convaincre le président républicain d’intervenir dans la situation.

Dour Festival: la tête d’affiche ASAP Rocky détenu en Suède fait appel de son incarcération

Le département d’Etat américain avait de son côté expliqué «suivre l’affaire de près», sans donner plus de détails.

«Nous allons passer des coups de fil, nous allons leur parler. Nous avons déjà commencé. Beaucoup de membres de la communauté noire américaine m’ont appelé, beaucoup d’amis à moi, en me disant que je pouvais aider», a déclaré le président américain.

«Je ne connais pas personnellement ASAP Rocky (...). Mais celle qui connaissait ASAP Rocky c’est notre Première dame. Pas vrai? «, a également dit le président à l’adresse de son épouse Melania Trump.

«Nous travaillons avec le département d’Etat et nous espérons le faire revenir à la maison rapidement», a confirmé cette dernière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un premier tour de piste, Paul Magnette se dit «
un peu plus optimiste
» quant aux chances de succès de la mission que lui a confiée le Roi. © Photo News.

    Gouvernement fédéral: la méthode Magnette ramène un léger souffle d’optimisme

  2. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  3. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite