Victoire de l’Algérie à la CAN: plusieurs débordements à Paris et à Lyon, plus de 190 interpellations

Quelques incidents sont survenus à Paris vendredi.
Quelques incidents sont survenus à Paris vendredi. - PhotoNews

Des dizaines de milliers de supporters des « Fennecs » algériens ont déferlé vendredi soir dans les rues, de Marseille à Lille, célébrant la victoire des leurs en finale de la CAN dans une ambiance restant festive dans l’ensemble, malgré quelques incidents à Paris ou Lyon notamment.

>> CAN 2019 : les supporters algériens célèbrent la victoire en nombre sur les Champs-Élysées (vidéo)

Dans le centre-ville de Lyon, un bref accrochage a opposé supporters de l’Algérie et forces de l’ordre, visées par des projectiles sur le pont de la Guillotière. Les assaillants ont été rapidement dispersés après quelques jets de grenades lacrymogènes, a constaté un journaliste de l’AFP. Les forces de l’ordre ont ensuite reculé, laissant les supporters en liesse manifester leur joie à coups de fumigènes et feux d’artifice sur les quais de la Presqu’île, provoquant des embouteillages alentour.

Vers 1h, la situation s’est quelque peu tendue sur les Champs-Élysées, avec de premiers tirs de gaz lacrymogène de la part des forces de l’ordre dans le haut de l’avenue où était toujours massée une foule très dense. Des supporters sont restés sur l’avenue jusqu’à l’aube.

Au total, 102 personnes ont été interpellées à Paris, dont 86 placées en garde-à-vue, selon un bilan du ministère de l’Intérieur samedi à 6h. À travers la France, 198 personnes ont été interpellées, et 177 placées en garde-à-vue, selon la même source.

« Ils nous font honte »

C’est surtout cet après-match qui inquiétait les autorités, après les incidents qui ont émaillé la liesse des supporters après les victoires algériennes en quart puis en demi-finale, à Montpellier notamment, avec la mort d’une mère de famille renversée par un chauffard.

À Saint-Etienne, pendant la mi-temps, Sofiane, une trentaine d’années, maillot de l’équipe d’Algérie sur les épaules, invitait les médias à « ne pas grossir les petits incidents » qui pourraient émailler la soirée. « Il y a malheureusement toujours quelques jeunes qui font les cons. Et quand ça arrive, ils nous font honte », regrette-t-il.

« Nous, on n’a pas demandé à naître en France. Et même si on vit ici, l’Algérie c’est notre 2e pays. Donc c’est normal qu’on fasse la fête quand elle gagne une grande compétition » conclut-il. « Quand la France remporte la Coupe du monde, on fait aussi la fête ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite