Victoire de l’Algérie à la CAN: plusieurs débordements à Paris et à Lyon, plus de 190 interpellations

Quelques incidents sont survenus à Paris vendredi.
Quelques incidents sont survenus à Paris vendredi. - PhotoNews

Des dizaines de milliers de supporters des « Fennecs » algériens ont déferlé vendredi soir dans les rues, de Marseille à Lille, célébrant la victoire des leurs en finale de la CAN dans une ambiance restant festive dans l’ensemble, malgré quelques incidents à Paris ou Lyon notamment.

>> CAN 2019 : les supporters algériens célèbrent la victoire en nombre sur les Champs-Élysées (vidéo)

Dans le centre-ville de Lyon, un bref accrochage a opposé supporters de l’Algérie et forces de l’ordre, visées par des projectiles sur le pont de la Guillotière. Les assaillants ont été rapidement dispersés après quelques jets de grenades lacrymogènes, a constaté un journaliste de l’AFP. Les forces de l’ordre ont ensuite reculé, laissant les supporters en liesse manifester leur joie à coups de fumigènes et feux d’artifice sur les quais de la Presqu’île, provoquant des embouteillages alentour.

Vers 1h, la situation s’est quelque peu tendue sur les Champs-Élysées, avec de premiers tirs de gaz lacrymogène de la part des forces de l’ordre dans le haut de l’avenue où était toujours massée une foule très dense. Des supporters sont restés sur l’avenue jusqu’à l’aube.

Au total, 102 personnes ont été interpellées à Paris, dont 86 placées en garde-à-vue, selon un bilan du ministère de l’Intérieur samedi à 6h. À travers la France, 198 personnes ont été interpellées, et 177 placées en garde-à-vue, selon la même source.

« Ils nous font honte »

C’est surtout cet après-match qui inquiétait les autorités, après les incidents qui ont émaillé la liesse des supporters après les victoires algériennes en quart puis en demi-finale, à Montpellier notamment, avec la mort d’une mère de famille renversée par un chauffard.

À Saint-Etienne, pendant la mi-temps, Sofiane, une trentaine d’années, maillot de l’équipe d’Algérie sur les épaules, invitait les médias à « ne pas grossir les petits incidents » qui pourraient émailler la soirée. « Il y a malheureusement toujours quelques jeunes qui font les cons. Et quand ça arrive, ils nous font honte », regrette-t-il.

« Nous, on n’a pas demandé à naître en France. Et même si on vit ici, l’Algérie c’est notre 2e pays. Donc c’est normal qu’on fasse la fête quand elle gagne une grande compétition » conclut-il. « Quand la France remporte la Coupe du monde, on fait aussi la fête ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite