Le message post-électoral du Roi: «Il faut relever les défis sans tarder»

Le message post-électoral du Roi: «Il faut relever les défis sans tarder»
Reuters

Le Roi Philippe s’est adressé ce samedi 20 juillet aux Belges à l’occasion de la Fête nationale. Impossible pour le souverain de faire l’impasse sur les élections du 26 mai et les tractations politiques toujours en cours à différents niveaux de pouvoir, dont le fédéral.

« Il y a deux mois, vous avez accordé votre confiance à des hommes et des femmes dont vous attendez qu’ils apportent des réponses à vos préoccupations », commence le souverain belge. « Votre voix s’est exprimée de façon diverse (…) Il s’agit maintenant de faire la synthèse et de s’accorder sur des solutions. »

>> La princesse Elisabeth se prépare un peu plus à sa future fonction de Reine (photos et vidéo)

Alors que les négociations fédérales et régionales (à l’exception de celles à Bruxelles) sont toujours en cours, le Roi dit se « rendre compte des contraintes dans lesquelles nos dirigeants politiques doivent travailler ». « Mais les défis sont tels qu’il faut les relever sans tarder, avec courage et détermination. Et ils sont à ce point liés entre eux qu’ils nécessitent une intense coopération à tous les niveaux. »

Pour l’historien Vincent Dujardin, ce discours est le plus politique du Roi depuis sa prestation de serment.

>> Découvrez l’intégralité du discours du Roi sur le Soir +

Sur le même sujet
Jour fériéPolitique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Borders
» au Public.

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  3. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

La chronique
  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite