La Régie des Bâtiments travaille à réduire l’empreinte énergétique des Palais royaux (vidéo)

La Régie des Bâtiments travaille à réduire l’empreinte énergétique des Palais royaux (vidéo)

La Régie des bâtiments poursuit différents projets visant à réduire l’empreinte énergétique des Palais royaux de Bruxelles et de Laeken. Pour ce dernier, c’est notamment la chaleur résiduelle de l’incinérateur de Neder-Over-Heembeek, situé à proximité, qui doit pouvoir être récupérée pour le domaine royal à partir de l’hiver 2020-2021.

Actuellement, les bâtiments du Domaine royal (château et serres) sont chauffés par une installation classique fonctionnant au mazout.

Le projet mené par la Régie des Bâtiments et Bruxelles-Energie, l’exploitant de l’incinérateur, réduira l’émission de CO2 de 2.700 tonnes par an.

Les neuf chaufferies du Domaine devront être adaptées. La Régie des Bâtiments se chargera du raccordement hydraulique entre les échangeurs et les installations de chauffe existantes. Le coût de ces raccordements est de 228.500 euros et sera partagé entre la Régie et la Donation royale. De son côté, Bruxelles-Energie va installer le réseau de chaleur qui traversera le Domaine jusqu’aux différentes chaufferies. «L’objectif est que le réseau soit opérationnel à partir de la saison de chauffe 2020-2021 pour une durée minimale de 25 ans», explique la Régie des Bâtiments dans un communiqué diffusé vendredi.

Pour le Palais royal de Bruxelles, il a été décidé de travailler sur l’amélioration des installations de chauffage et de ventilation qui représentent un poste énergétique important. Le projet est ici moins avancé en raison du caractère historique du bâtiment notamment, mais des pistes sont «déjà envisagées comme le fait de passer du mazout ou gaz naturel, d’installer des chaudières à condensation ou même une unité de cogénération», explique Laurent Vrijdaghs, administrateur général de la Régie des Bâtiments.

Quatre chaudières au mazout datant d’une trentaine d’années chauffent aujourd’hui le Palais royal de Bruxelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite