La Régie des Bâtiments travaille à réduire l’empreinte énergétique des Palais royaux (vidéo)

La Régie des Bâtiments travaille à réduire l’empreinte énergétique des Palais royaux (vidéo)

La Régie des bâtiments poursuit différents projets visant à réduire l’empreinte énergétique des Palais royaux de Bruxelles et de Laeken. Pour ce dernier, c’est notamment la chaleur résiduelle de l’incinérateur de Neder-Over-Heembeek, situé à proximité, qui doit pouvoir être récupérée pour le domaine royal à partir de l’hiver 2020-2021.

Actuellement, les bâtiments du Domaine royal (château et serres) sont chauffés par une installation classique fonctionnant au mazout.

Le projet mené par la Régie des Bâtiments et Bruxelles-Energie, l’exploitant de l’incinérateur, réduira l’émission de CO2 de 2.700 tonnes par an.

Les neuf chaufferies du Domaine devront être adaptées. La Régie des Bâtiments se chargera du raccordement hydraulique entre les échangeurs et les installations de chauffe existantes. Le coût de ces raccordements est de 228.500 euros et sera partagé entre la Régie et la Donation royale. De son côté, Bruxelles-Energie va installer le réseau de chaleur qui traversera le Domaine jusqu’aux différentes chaufferies. «L’objectif est que le réseau soit opérationnel à partir de la saison de chauffe 2020-2021 pour une durée minimale de 25 ans», explique la Régie des Bâtiments dans un communiqué diffusé vendredi.

Pour le Palais royal de Bruxelles, il a été décidé de travailler sur l’amélioration des installations de chauffage et de ventilation qui représentent un poste énergétique important. Le projet est ici moins avancé en raison du caractère historique du bâtiment notamment, mais des pistes sont «déjà envisagées comme le fait de passer du mazout ou gaz naturel, d’installer des chaudières à condensation ou même une unité de cogénération», explique Laurent Vrijdaghs, administrateur général de la Régie des Bâtiments.

Quatre chaudières au mazout datant d’une trentaine d’années chauffent aujourd’hui le Palais royal de Bruxelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite