Tomorrowland: Un deuxième festivalier admis en soins intensifs

Tomorrowland: Un deuxième festivalier admis en soins intensifs

Un festivalier de Tomorrowland a été transporté à l’hôpital universitaire d’Anvers (UZA) dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué l’hôpital. Il se trouve aux soins intensifs, comme un autre amateur du festival électro hospitalisé depuis vendredi soir.

Au total, cinq festivaliers de Tomorrowland étaient encore soignés à l’UZA dimanche vers 17h30. Deux d’entre eux se trouvaient aux soins intensifs, «pour des raisons différentes», a précisé la porte-parole Evita Bonné, qui n’a pas livré plus de détails sur leur état.

Un Indien de 27 ans est décédé à l’hôpital anversois vendredi soir après un malaise à Tomorrowland. L’autopsie pratiquée a révélé que son décès semble lié à la drogue.

>Tomorrowland: le décès du festivalier serait lié à la drogue, selon le parquet

Tolérance zéro

« Nous continuons d’opérer des contrôles stricts et pratiquons la tolérance zéro. Nous avons énormément misé sur la visibilité policière à l’entrée du festival et veillons avec les organisateurs à sensibiliser le public aux dangers et aux conséquences que peut entraîner la possession de drogues, à savoir la confiscation et l’exclusion du festival », a ajouté la porte-parole de la police fédérale.

Chaque festivalier est susceptible d’être contrôlé. « Les chiens renifleurs nous indiquent ceux qui seront ensuite fouillés », précise-t-elle.

La police et les organisateurs disent cependant tout mettre en œuvre pour améliorer la sensibilisation des festivaliers. Depuis cette année, des banderoles interpellent le public sur les dangers de la drogue aussi bien sur le site du festival que dans le camping.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite