Des leaders du MR veulent le départ rapide de Michel: «Arrêtons les petits jeux de Zorro masqué», dit Laruelle

Des leaders du MR veulent le départ rapide de Michel: «Arrêtons les petits jeux de Zorro masqué», dit Laruelle
Belga

Un groupe de six ministres, anciens ministres et parlementaires, qui souhaitent conserver l’anonymat « pour l’instant », nous a contacté ce week-end. Ces six libéraux veulent notamment le départ de Charles Michel du parti dès la rentrée et « la fin de la guerre des clans. » Au micro de La Première, Sabine Laruelle condamne fermement cet anonymat : « Il faut arrêter ces petits jeux de Zorro masqué. »

« Je suis déçue », a partagé Sabine Laruelle ce vendredi sur la RTBF. « Autant, je trouve que dans un parti, on peut être très franc, très clash en interne autant, j’en ai un peu marre de ce sorties en off », a lancé l’ex-ministre libérale. La nouvelle présidente du Sénat estime que « le MR a vraiment besoin d’autres choses que ces personnes masquées. »

« Arrêtons, négocions de manière positive, essayons de former un gouvernement, ne remettons pas en cause le chef, écoutons le signal de l’électeur », a-t-elle fustigé tout en soulignant que « le parti libéral est le deuxième parti et doit se faire respecter en tant que tel. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20190821-3VN7N4_high

    Reynders ou Onkelinx? La Belgique n’a plus beaucoup de temps pour désigner son candidat au poste de commissaire européen

  2. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  3. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite