Ingérence russe aux USA: «À la fin, ça va mal se passer pour Mueller», twitte Trump

Donald Trump
Donald Trump - Photo News

Donald Trump a de nouveau accusé lundi l’ex-procureur spécial Robert Mueller d’être « extrêmement partial » et a regretté qu’il soit auditionné mercredi au Congrès sur les conclusions de l’enquête russe.

« L’extrêmement partial Robert Mueller ne devrait pas pouvoir mordre à nouveau dans la pomme », a tweeté le président américain, dont les deux premières années à la Maison Blanche ont été empoisonnées par l’enquête russe menée par le procureur spécial.

« À la fin, ça va mal se passer pour lui et pour les démocrates en toc du Congrès », a-t-il poursuivi, en répétant pour la énième fois avoir été totalement blanchi par ses investigations : « PAS DE COLLUSION, PAS D’OBSTRUCTION ! »

L’ancien chef du FBI, un homme de 74 ans très respecté, a enquêté pendant 22 mois, dans le plus grand secret, sur les efforts déployés par Moscou pendant la présidentielle de 2016 pour favoriser la campagne de Donald Trump.

Dans un rapport publié en mars, il a écrit ne pas avoir trouvé de « preuves » d’une entente entre la Russie et l’entourage du candidat républicain.

Mais il s’est dit incapable de blanchir Donald Trump des soupçons d’entrave à la justice et a détaillé une série de pressions troublantes exercées par le locataire de la Maison Blanche sur ses investigations.

Auditions à la Chambre

Mercredi, il répondra pour la première fois à des questions sur son enquête lors d’auditions marathon à la Chambre des représentants, que les Américains pourront suivre en direct.

Robert Mueller, qui avait souhaité éviter cet exercice périlleux, veut s’en tenir aux conclusions contenues dans son rapport.

Mais l’opposition démocrate mise sur l’impact de son témoignage télévisé pour toucher les Américains qui n’ont pas lu ce document juridique, aride et prudent.

« Les gens ne lisent pas un rapport de 448 pages. Je pense que quand ils vont entendre ce qu’il y a dans le rapport Mueller, nous serons en mesure d’engager la responsabilité du président », a déclaré dimanche le démocrate Jerry Nadler, qui préside la commission judiciaire de la Chambre.

Donald Trump, soucieux de tourner la page pour se tourner vers sa campagne de réélection, avait assuré vendredi qu’il ne suivrait pas l’audition, dénonçant un « jeu » politique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite