Les bourgmestres Rhode-Saint-Genèse et de Drogenbos prêtent serment à leur tour

Les bourgmestres Rhode-Saint-Genèse et de Drogenbos prêtent serment à leur tour

Les bourgmestres de Rhode-Saint-Genèse et de Drogenbos, Pierre Rolin et Alexis Calmeyn, ont prêté serment lundi, en exécution de l’arrêt du Conseil d’État de début juillet qui a cassé la décision de l’ex-ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans, de ne pas nommer quatre maïeurs des communes à facilités de la périphérie bruxelloise.

Ils l’ont fait devant le gouverneur de la province de Brabant flamand, Lodewijk De Witte, à Louvain.

M. Rolin dirige la liste francophone IC-GB (Intérêts communaux – Gemeentebelangen), qui avait obtenu 18 sièges et la majorité absolue face aux sept élus de l’opposition flamande d’Engagement 1640 lors du scrutin communal du 14 octobre dernier. Il en est à son second mandat de bourgmestre après avoir succédé en 2012 à sa sœur, Myriam Leroy-Rolin.

M. Calmeyn, un bilingue élu comme indépendant – avant de rejoindre le MR en début d’année – a été élu sur une liste du bourgmestre baptisée (Drogenbos Plus – LB). Il dispose d’une majorité de six sièges, contre sept aux listes à l’Union des Francophones (UF, cinq) et go1620 (deux). Il vient d’entamer son troisième mandat

Le Conseil d’État avait annulé le 2 juillet le refus par Mme Homans (N-VA) – alors qu’elle était ministre flamande des Affaires intérieures, avant de devenir ministre-présidente de la Flandre –, de nommer les bourgmestres francophones des quatre des six communes à facilités de la périphérie (Rhode-Saint-Genèse, Wezembeek-Oppem, Drogenbos et Linkebeek). Elle leur reprochait d’avoir envoyé des convocations électorales pour le scrutin d’octobre en français pour les électeurs francophones qui se sont fait enregistrer sous ce rôle linguistique afin de recevoir durant quatre ans leurs documents administratifs dans la langue de Voltaire.

Selon la nouvelle loi communale, cet arrêt rendu par la chambre bilingue de la Haute instance entraînait automatiquement la nomination définitive des quatre bourgmestres.

Ceux de Wezembeek-Oppem, Frédéric Petit, et de Linkebeek, Yves Ghequiere, avaient prêté serment le 8 juillet dernier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite