Les bourgmestres Rhode-Saint-Genèse et de Drogenbos prêtent serment à leur tour

Les bourgmestres Rhode-Saint-Genèse et de Drogenbos prêtent serment à leur tour

Les bourgmestres de Rhode-Saint-Genèse et de Drogenbos, Pierre Rolin et Alexis Calmeyn, ont prêté serment lundi, en exécution de l’arrêt du Conseil d’État de début juillet qui a cassé la décision de l’ex-ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans, de ne pas nommer quatre maïeurs des communes à facilités de la périphérie bruxelloise.

Ils l’ont fait devant le gouverneur de la province de Brabant flamand, Lodewijk De Witte, à Louvain.

M. Rolin dirige la liste francophone IC-GB (Intérêts communaux – Gemeentebelangen), qui avait obtenu 18 sièges et la majorité absolue face aux sept élus de l’opposition flamande d’Engagement 1640 lors du scrutin communal du 14 octobre dernier. Il en est à son second mandat de bourgmestre après avoir succédé en 2012 à sa sœur, Myriam Leroy-Rolin.

M. Calmeyn, un bilingue élu comme indépendant – avant de rejoindre le MR en début d’année – a été élu sur une liste du bourgmestre baptisée (Drogenbos Plus – LB). Il dispose d’une majorité de six sièges, contre sept aux listes à l’Union des Francophones (UF, cinq) et go1620 (deux). Il vient d’entamer son troisième mandat

Le Conseil d’État avait annulé le 2 juillet le refus par Mme Homans (N-VA) – alors qu’elle était ministre flamande des Affaires intérieures, avant de devenir ministre-présidente de la Flandre –, de nommer les bourgmestres francophones des quatre des six communes à facilités de la périphérie (Rhode-Saint-Genèse, Wezembeek-Oppem, Drogenbos et Linkebeek). Elle leur reprochait d’avoir envoyé des convocations électorales pour le scrutin d’octobre en français pour les électeurs francophones qui se sont fait enregistrer sous ce rôle linguistique afin de recevoir durant quatre ans leurs documents administratifs dans la langue de Voltaire.

Selon la nouvelle loi communale, cet arrêt rendu par la chambre bilingue de la Haute instance entraînait automatiquement la nomination définitive des quatre bourgmestres.

Ceux de Wezembeek-Oppem, Frédéric Petit, et de Linkebeek, Yves Ghequiere, avaient prêté serment le 8 juillet dernier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite